Jura

Le Théâtre du Jura a décroché la moitié de son financement

Il faut 24 millions pour réaliser une salle de spectacle à Delémont, intégrée à un complexe immobilier à 100 millions. Les autorités exigent que les promoteurs trouvent 8 millions de fonds privés

Lorsqu’ils ont validé, le 9 décembre dernier, par 58 voix contre 1, le projet de construction du Théâtre du Jura à Delémont, le parlement et le gouvernement jurassiens ont décrété qu’un tiers des 24 millions du devis devait être couvert par des sponsors, à dénicher dans les six mois. Mission impossible, se sont dit nombre de députés sceptiques, le programme devra ainsi être abandonné.

Lire aussi: Le parlement jurassien plébiscite le projet de Théâtre

La réalisation d’un centre de création artistique et de diffusion des arts de la scène, en projet depuis près de cinquante ans – le Jura est le seul en Suisse romande à ne pas avoir de théâtre –, a été confiée à une fondation de droit public, présidée par Jacques Gygax, venu de l’économie privée. Pour lui, il n’y a pas de mission impossible. Il annonce fièrement avoir déjà décroché la moitié des 8 millions exigés de tiers, 4,2 millions précisément, dont 2 de la Loterie romande et 200 000 francs de l’association des communes jurassiennes. Les deux autres millions proviennent d’une dizaine de mécènes et entreprises dont les noms sont encore tus.

Reste à trouver 3,8 millions. Jacques Gygax élargit le terrain de recherche, à l’arc lémanique et, surtout, à la région bâloise. Des portes sont susceptibles d’être ouvertes par la ministre Eva Herzog, en présentant le projet de Delémont comme le théâtre francophone de Bâle. Un bilan financier sera fait à fin septembre, et c’est à ce moment-là qu’il sera décidé si le projet de Théâtre, intégré à un complexe immobilier à 100 millions comprenant un centre commercial, cent appartements et un parking souterrain, porté par HRS et la Coop, sortira de terre.

Lire aussi: Analyse: Le projet de Théâtre du Jura piégé par son financement

Le nouveau ministre de la Culture, Martial Courtet, n’est pas à cheval sur les délais. Mais il estime indispensable de réunir les 8 millions. «On n’est pas à un mois près, mais on sera à un million près», dit-il, sans préjuger de la décision qui sera prise si la fondation du Théâtre ne devait obtenir que 7 millions.

Patinoire en concurrence

La recherche de fonds se heurte à un autre projet, celui de nouvelle patinoire à Porrentruy. Coût: 17 millions. Le canton est prêt à verser 4 millions, les communes d’Ajoie 8 (par l’emprunt). Il faut, là, trouver 5 millions chez les privés, avec le risque de mettre théâtre et patinoire en concurrence.

Martial Courtet et les promoteurs des deux infrastructures évitent la surenchère. Il semble que la patinoire ait davantage la cote auprès de donateurs jurassiens. La concurrence n’existe pas en fait, car le Théâtre est en quête de fondations, sociétés et mécènes externes au Jura, susceptibles de verser de grosses contributions, le contraire de la patinoire qui s’adresse, elle, à tout un chacun dans le Jura.

Lire aussi: Le Jura présente son futur théâtre, un projet devenu «raisonnable»

Publicité