Epinglé par un audit de la Cour des comptes en janvier dernier, le Service de protection de l’adulte est secoué par une crise qui dure depuis plusieurs années. Surcharge chronique, démissions en cascade, taux d’absentéisme record: les difficultés du service qui assure la représentation légale de personnes âgées, malades ou endettées épuisent les curateurs et peuvent avoir de graves conséquences sur les bénéficiaires, prévient la Cour dans son rapport. Déjà très vulnérables, ceux-ci peuvent voir leur situation se détériorer encore davantage à cause du manque de réactivité des équipes débordées. Très attendu sur ce dossier, Thierry Apothéloz, chef du Département de la cohésion sociale, esquisse ses pistes pour une sortie de crise. Des états généraux de la protection de l’adulte auront lieu le 28 octobre: un premier pas.

Lire aussi: «A Genève, la Cour des comptes est crainte depuis sa création»