Il n’y aura pas eu de surprise de dernière minute: au terme du délai fixé pour le dépôt des dossiers, le conseiller aux Etats argovien Thierry Burkart, qui fêtera ses 46 ans samedi, est le seul candidat à la succession de Petra Gössi à la présidence du PLR. Toutes les autres personnalités libérales-radicales pressenties ont renoncé l’une après l’autre: aussi bien Susanne Vincenz-Stauffacher (SG) que Damian Müller (LU), Johanna Gapany (FR) et Jacqueline de Quattro (VD) ont tour à tour renoncé à faire acte de candidature.

Le seul qui s’était publiquement annoncé, le Saint-Gallois Marcel Dobler, a annoncé lundi matin qu’il se retirait au profit de Thierry Burkart. «Je me suis mis à disposition pour une coprésidence. Mais beaucoup de membres du parti avaient de la peine à imaginer une coprésidence pour le PLR. J’en prends acte. Une candidature unique aurait été un défi pour mes autres activités d’entrepreneur, de politicien et de père de famille. J’aurais toutefois été prêt à me présenter si aucun autre candidat ne s’était mis à disposition. Thierry Burkart peut compter sur mon soutien total», a-t-il fait savoir lundi matin sur son profil Facebook.

Relire: L’idée de la coprésidence ne séduit guère le PLR

Deux vice-présidents de plus

Le nouveau président sera donc Thierry Burkart. Cet avocat né à Baden a siégé au Conseil national de 2015 à 2019, date à laquelle il a été élu au Conseil des Etats. Son élection s’accompagnera de l’élargissement de la vice-présidence, qui passera de deux à quatre personnes. Johanna Gapany et Andri Silberschmidt (ZH) viendront épauler les deux vice-présidents actuels Philippe Nantermod (VS) et Andrea Caroni (AI).

Thierry Burkart sera ainsi entouré d’une équipe jeune, ses quatre vice-présidents étant tous âgés de moins de 45 ans: Andri Silberschmidt a 27 ans, Johanna Gapany 33, Philippe Nantermod 37 et Andrea Caroni 41 ans.

Quid après le rejet de la loi sur le CO2?

L’Argovien reprend un parti qui est sorti divisé de la votation du 13 juin sur la loi sur le CO2, dans le cadre de laquelle il n’était pas neutre, puisqu’il s’est opposé à la révision de cette loi. Le PLR ne pourra faire l’économie d’un nouveau débat interne sur ce sujet. En annonçant son retrait de la course à la succession de Petra Gössi, Jacqueline de Quattro s’est dite prête à y collaborer de manière active. Le PLR s’est aussi divisé autour du sort à réserver à l’accord-cadre avec l’Union européenne.

Lire aussi: La course à la présidence du PLR est lancée

Capitaine au sein de la justice militaire, Thierry Burkart est président de l’Association pour une Suisse sûre, de l’Association suisse des transporteurs routiers (Astag) ainsi que de l’Association suisse pour une mobilité autonome. Il est aussi membre du comité directeur du Service d’information pour les transports publics (Litra) et vice-président de l’Association pour l’exposition nationale Svizra27. Il parle couramment l’allemand et l’anglais et a de bonnes connaissances de français.