Si elles fleurissent petit à petit à gauche au fond du couloir, dans les cafés, les écoles et les universités, l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève les connaît depuis bientôt un an. Représentant un progrès vers une plus large inclusion de ses utilisateurs pour certains, les toilettes tous genres, destinées à accueillir également les personnes transgenres ou non binaires, suscitent parfois l’étonnement, voire le malaise chez les partisans d’une séparation entre hommes et femmes.