L'isolement de la Suisse sur le plan européen a parfois des conséquences très précises et inattendues. Pour leur huitième Fête du livre à Saint-Pierre-de-Clages, les organisateurs valaisans ont essayé cette année de faire venir une cinquantaine de bouquinistes hors frontières, notamment de la région de Lyon. Mais l'opération s'est soldée par un échec: «Le résultat a été nul», constate un peu amer son président, Jacky Balet.

Face aux problèmes douaniers et administratifs qu'un tel et court voyage implique, aucun des professionnels approchés n'a accepté l'invitation. Et pour cause, les bouquinistes doivent déclarer leur stock de livres à la frontière, puis les recompter en sortant de Suisse, et enfin payer les taxes sur les livres vendus. «Les bouquinistes ne sont généralement pas des experts en import-export, explique Jacky Balet. Et, pour un chiffre d'affaires de 2000 ou 3000 francs durant la manifestation, ils renoncent à venir en Suisse. C'est dommage, car la France compte de nombreux et d'excellents bouquinistes.»

Cette ouverture contrariée n'empêchera toutefois pas le village de Saint-Pierre-de-Clages de se transformer comme chaque année à la fin d'août en une immense librairie de seconde main, regroupant une centaine de stands pour quelque 300 000 livres. Cet événement culturel a su s'imposer dès sa première édition en 1992 et n'a cessé de confirmer la vocation bibliophile d'une région jusque-là entièrement dévolue à la vigne et à la cave. Ce rendez-vous de fin d'été est devenu une occasion pour beaucoup de Valaisans de se retrouver entre gens de lettres et de livres. Et un peu de vin aussi.

Jacky Balet, deuxième président de l'histoire de cette manifestation, après la fondatrice, Josy Pont, n'est pourtant pas un grand lecteur, mais il personnifie parfaitement l'esprit de la manifestation: conviviale et tranquille. «Nous sommes stricts sur notre philosophie du livre d'occasion et du livre ancien et nous n'acceptons pas d'autres formes de commerce, ni de livres neufs. Il s'agit de maintenir une fête paisible et sans bastringue.» Cette année, les organisateurs ont invité l'Association des communes de Malcantone au Tessin et la Société genevoise des écrivains.

Professionnalisation

La Fête du livre de Saint-Pierre-de-Clages confirme depuis huit ans une idée pourtant un peu folle au départ en Valais: la création d'un village du livre. Au fil des ans, Saint-Pierre-de-Clages a trouvé un bon rythme ou, autrement dit, un profil dans l'originalité des lieux à vocation de tourisme doux. Dix officines de bouquinistes sont aujourd'hui ouvertes en permanence sur les lieux. Par ailleurs, cette persévérance a payé. Les Amis du livre se sont associés aux autres organisations touristiques de la région et ensemble ils ont déposé un dossier «Regio +» à Berne. Résultat: ils ont obtenu, en début d'année, une aide financière de 290 000 francs.

Cette somme a permis de créer un poste de coordinateur sur le plan local. Poste qui a été confié à un grand connaisseur du livre, Alain Giovanola, ancien directeur de l'Imprimerie Pillet à Martigny. Pour lui, il s'agit dorénavant de confirmer l'implantation du village et de le développer en offrant, à de nouveaux bibliophiles, d'excellentes conditions d'accueil. Et peut-être que bientôt, dans une deuxième livraison d'accords bilatéraux, la cause du livre d'occasion pourrait faire l'objet d'une clause permettant des échanges simplifiés entre les régions limitrophes.

Huitième Fête du livre, 25, 26 et 27 août à Saint-Pierre-de-Clages. Ouverture de 10 à 20 heures.