Des gares quasiment désertes, des trains plutôt vides: l’étape de déconfinement du 11 mai ne s’est pas traduite par une ruée sur les transports publics. En milieu de matinée, le directeur des CFF, Vincent Ducrot, estimait qu’il fallait attendre un peu avant que les gens remontent en masse dans les trains ou les bus: «Il faudra encore un peu de temps pour que la mobilité reparte. Le retour à la normalité se fera en douceur», a-t-il expliqué à la présidente de la Confédération et ministre des Transports, Simonetta Sommaruga, en visite au centre de contrôle des trains de Berne et à la gare routière de CarPostal.

Lundi, les CFF et les entreprises de transport ont remis en service la quasi-totalité de leurs lignes. Les services nocturnes du week-end et le trafic touristique n’ont pas encore été rétablis. La tâche est qualifiée de «herculéenne» par les CFF.

25 kilomètres de trains au repos

Responsable de la production au sein de l’entreprise, Linus Looser souligne que, mises bout à bout, les rames qui ont été temporairement mises hors service à mi-mars représentent une longueur de 25 kilomètres. Lundi, il ne relevait aucun problème de redémarrage, la maintenance ayant été assurée durant l’interruption. Les CFF ont par ailleurs veillé à ce que leurs trains ne ressortent pas entièrement tagués de leur repos forcé. «Nous avons beaucoup investi dans le nettoyage et continuerons de le faire», explique-t-il.

Lire aussi: Vincent Ducrot: «On ne reviendra pas à la normale d’un seul coup»

Pas de problème non plus avec les masques. Il est recommandé d’en porter un si la distance de 2 mètres ne peut pas être respectée dans les wagons, les bus et les gares. Mais l’affluence était si faible lundi matin que très peu de gens – le personnel excepté – ont enfilé une protection faciale. A Lausanne, le métro M2 fait exception: l’espace étant si confiné à l’intérieur des voitures que bon nombre de voyageurs se sont protégé la bouche et le nez. Le canton avait d’ailleurs pris l’initiative de distribuer 10 000 masques, notamment à proximité du métro lausannois.

De son côté, le gouvernement jurassien a annoncé lundi qu’il avait écrit au Conseil fédéral pour demander de rendre obligatoire le port du masque dans les transports publics aux heures de pointe si la distance sociale ne peut être respectée, cette requête étant aussi valable dans les grands magasins.

60% de moins qu’en temps normal

Lorsque le Conseil fédéral a prononcé l’état de nécessité et le semi-confinement, la demande de transport a chuté de 90%. «Il y a un peu plus de clients maintenant. La semaine dernière, la demande était inférieure d’environ 60% à ce qu’elle est normalement», résume Vincent Ducrot.

Lire également: Transports publics: le port du masque est «vivement recommandé» en Suisse

Lundi, Simonetta Sommaruga a brièvement évoqué la décision prise par le parlement la semaine dernière. Les deux Chambres ont approuvé une motion qui demande à la Confédération de se préoccuper des pertes de recettes subies par les entreprises de transport à cause de la crise. Celles-ci se chiffrent en dizaines de millions de francs. Le Conseil fédéral avait estimé que les opérateurs devaient recourir aux instruments mis en place: crédits-relais, chômage partiel. Le parlement exige un effort supplémentaire. Simonetta Sommaruga s’est contentée d’annoncer que cette question serait traitée plus tard.