Lausanne félicite et regrette à la fois la décision du Conseil d'Etat qui fixe depuis hier les objets et le calendrier de réalisation des axes forts traversant l'agglomération Lausanne-Morges (PALM). De 2011 à 2014, on construira la ligne Flon-Renens, plus l'aménagement de sites propres pour quelques lignes de trolleybus. En revanche, le collège retarde le tronçon Renens-Bussigny ainsi que la montée vers la Blécherette. L'investissement prévu sera donc de 330 millions environ sur un total de 900 pour l'ensemble de l'œuvre.

La satisfaction de la capitale vaudoise tient à la confirmation des options annoncées en février, au moment du dépôt définitif du PALM auprès de la Confédération en vue de couvrir une partie de son financement via le Fonds d'infrastructure. La déception résulte du renvoi de la liaison par tram vers le nord. Différant, par la même occasion, le choix définitif du tracé vers les hauts de Lausanne: soit par Beaulieu, au moyen d'un tunnel, soit par la Borde en surface.

Le gouvernement n'en a pas discuté, souligne François Marthaler. Le magistrat Vert chargé des Infrastructures indique que des études techniques sont en cours. Car les pentes lausannoises ne facilitent pas le bon roulement d'un tram sur rail. Il fallait en outre respecter le montant de 360 millions annoncé en décembre 2007 à la Confédération, note François Marthaler. Vu les inconnues et l'impossibilité de tout financer d'un seul coup, le Conseil d'Etat a préféré se donner jusqu'à fin 2009 pour dessiner le profil définitif du parcours.

Les craintes de Lausanne

Le ministre des Transports signale que, pour Berne, les trolleybus en site propre - entre Crissier et Lausanne ou sur l'axe Chauderon-Saint-François avec fermeture du Grand-Pont aux voitures - comptent autant que le tramway. Il insiste également sur d'autres engagements en faveur des transports publics ailleurs dans le canton. Ce n'est donc pas une décision anti-lausannoise, conclut-il.

Daniel Brélaz, syndic de Lausanne, craint de son côté que la présentation à Berne d'un projet d'agglomération inachevé puisse nuire au dossier. De plus, il constate l'accord manifesté par toutes les communes de la couronne lausannoise, Morges comprise, en faveur de la variante passant par Beaulieu: en vain, déplore-t-il. Beaulieu où se joue l'avenir du complexe qui accueille le Comptoir Suisse et autres congrès et salons d'importance. Et où un hôtel et un bâtiment administratif devraient voir prochainement le jour.

L'écologiste relève que Genève, plus endetté que Vaud, entend couvrir pour sa première étape 70% de l'investissement total. Alors qu'à l'est de la Versoix on se contente de 40%. Quant à Métamorphose, menacé par une initiative populaire en quête de signatures, il ne semble pas devoir pâtir de la décision d'aujourd'hui, croit le syndic. Le projet destiné à remodeler le parc sportif de la ville et à créer un écoquartier à proximité de la Blécherette attend des nouveaux habitants au nord de la ville pour 2015, date du début des travaux pour la deuxième étape des axes forts du PALM.