La coopération transfrontalière franco-valdo-genevoise a franchi vendredi une étape supplémentaire avec la signature à Genève, par les principales instances politiques de la région, d'une charte pour le développement des transports publics régionaux. Dans un bassin où les déplacements transfrontaliers sont importants – plus de 65 000 personnes en moyenne se rendent chaque jour dans le canton Genève pour y travailler –, la politique des transports représente un enjeu majeur.

Pour le vice-président du Conseil d'Etat genevois, Robert Cramer, les prévisions annonçant une augmentation de 40% de la circulation dans le canton de Genève rendent «indispensable le développement d'un réseau de transports en commun efficace, transfrontalier et régional». Dans la charte, les parties signataires s'engagent à concevoir et à réaliser conjointement les infrastructures des déplacements de demain. «Ce texte nous permet de surmonter les difficultés liées à la frontière», relève avec satisfaction Eric Fournier, vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes, en charge des transports.

Au cœur des priorités retenues dans la charte se trouve la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA), «véritable colonne vertébrale des transports en commun de la région», souligne Robert Cramer. Un projet qui bénéficie de l'appui de Rhône-Alpes. «Nous avons d'ailleurs voté un crédit pour mener les études préliminaires du côté français», note Eric Fournier, qui considère «cette liaison essentielle pour le maillage ferroviaire de la région».

La concrétisation des ambitions politiques en matière de transports à l'horizon 2020 se fera aussi par la création ou la multiplication de dessertes transfrontalières. A ce propos, Robert Cramer a annoncé qu'une étude sur la création d'une ligne de tramway Genève-Annemasse, dans le prolongement de la ligne de Moillesulaz, venait de démarrer. Et qu'une démarche identique allait être entreprise pour une ligne vers Ferney-Voltaire dans le pays de Gex. Le transport transfrontalier par autobus serait également développé. Des projets qui seront désormais supervisés par un Comité stratégique pour le développement des transports publics régionaux.