Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les bus et les trams genevois resteront aux dépôts le mercredi 21 mars.
© MARTIAL TREZZINI

Transports

Les Transports publics genevois se mettront en grève le 21 mars

Les syndicats des TPG ont annoncé un préavis de grève pour le 21 mars. Ils déplorent des conditions de travail difficiles, des horaires trop longs, et demandent l’embauche de 120 nouvelles personnes. La direction va saisir la Chambre des relations collectives de travail

Les syndicats des transports SEV, des conducteurs des transports publics genevois (TPG) et des entreprises sous-traitantes ont annoncé avoir déposé un préavis de grève pour le mercredi 21 mars. Pour eux, la situation avec la direction de l’entreprise publique est aujourd’hui bloquée, ont-ils affirmé lors d’une conférence de presse.

L’année dernière, les syndicats avaient déjà demandé l’embauche de personnel supplémentaire. Cinquante conducteurs avaient été engagés en 2017, mais ce nombre est jugé insuffisant par les syndicats. Selon eux, ces personnes n’ont remplacé que les départs prévus, comme des départs à la retraite. Pour éviter la surcharge d’heures supplémentaires que provoque le manque d’effectifs, les syndicats demandent l’embauche de 120 personnes supplémentaires.

Les conducteurs sont proches de l’épuisement

«Les forts taux d’absentéisme que l’on observe aux TPG sont la preuve d’une réalité difficile et d’horaires de travail trop longs, selon Vincent Leggiero, président du syndicat SEV des conducteurs TPG. Cette situation entraîne des risques pour la sécurité», insiste-t-il. Un conducteur fatigué est moins attentif. Selon Pierre Délias, représentant des sous-traitants TPG, les accrochages dans la circulation sont en augmentation constante à cause de l’épuisement des conducteurs.

Lire aussi: Démission surprise à la tête d’une filiale des TPG

Les syndicats demandent également que les conducteurs ne passent pas plus de 4 heures d’affilée au volant. Ils veulent le respect des amplitudes horaires de maximum 10 heures (aujourd’hui à 13 heures), une meilleure définition des roulements d’horaire ainsi qu’une médecine du travail efficiente et indépendante de l’entreprise. Pour Valérie Solano, secrétaire syndicale de SEV, «des pommes dans les couloirs ne sont pas des mesures de santé».

Les véhicules resteront donc aux dépôts le 21 mars prochain. Des employés volontaires assureront un service minimum mais les syndicats appellent à une grève générale de tous les conducteurs des TPG, mouvement possiblement reconductible.

La direction des TPG regrette le dépôt du préavis. Elle annonce, pour sa part, sa volonté saisir la Chambre des relations collectives de travail (CRCT) «en vue de restaurer un partenariat social constructif». Dans un communiqué, elle détaille les mesures qui ont d'ores et déjà été prises: notamment le recrutement de 50 collaborateurs «en sus des départs naturels» et la mise en place d'une méthode de calcul des temps de travail qui a permis de planifier des battements en 2018 supérieurs à 2017. A lire ce texte, la direction semble penser qu'elle a déjà répondu aux revendications syndicales.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a