L’offre de transports publics s’adapte à la réduction des déplacements requise pour lutter contre le coronavirus. Dès jeudi, environ un train sur deux circulera sur le réseau CFF grandes lignes ainsi qu’en trafic régional. La cadence au quart d’heure sera supprimée. En trafic régional, la desserte passera au rythme d’un train toutes les trente minutes. Sur l’ensemble du réseau, la cadence passera à l’heure là où elle est normalement à la demi-heure. Le week-end, les relations de fin de soirée seront supprimées puisque les établissements publics sont désormais fermés. Ces liaisons nocturnes seront cependant maintenues en semaine.

Notre suivi en direct de l’actualité de mardi.

Les CFF et CarPostal s’adaptent ainsi aux règles fixées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et tiennent compte des exigences émises par l’Office fédéral des transports (OFT). Celui-ci demande en effet de maintenir «une offre de base de transport national et régional de voyageurs afin de soutenir le bon fonctionnement de l’économie et de la société et d’assurer une bonne répartition des voyageurs dans les véhicules.» La mesure reste en principe valable jusqu’au 26 avril.

Consulter l’horaire en ligne

Le trafic transfrontalier sera fortement impacté. En règle générale, les trains internationaux s’arrêteront à la frontière. Le Léman Express continuera de circuler, mais à la demi-heure. La compagnie BLS adaptera les cadences comme les CFF à partir de jeudi. L'offre sera réduite d'environ 30%, précise son porte-parole, Stefan Dauner. Des opérateurs régionaux suivent le mouvement. A Neuchâtel, TransN a généralisé dès mardi le flux du samedi, à de rares exceptions près. Les Transports publics fribourgeois (TPF) passent à l’horaire des vacances scolaires dès mercredi. A Genève, le minibus autonome ne circule plus en raison de l’exiguïté de son espace intérieur. Dans tous les cas de figure, il est conseillé de consulter l’horaire en ligne.

Toutes les compagnies ont pris des mesures pour séparer les conducteurs des passagers. Les portes avant sont en principe condamnées. Et plusieurs d’entre elles ont fermé leurs centres clientèles, invitant les usagers à recourir le plus possible à la billetterie électronique.

Lire aussi notre revue de presse: Berne au pouvoir: OK, mais encore plus de fermeté, et tout le monde s’y met, SVP