Mobilité

Les transports publics romands sont à la traîne

L’Office fédéral des transports a analysé la qualité des entreprises de transport régional. Celles de Suisse centrale sortent du lot

Globalement, la qualité des transports publics régionaux en Suisse est bonne. Toutefois, l’enquête réalisée par l’Office fédéral des transports (OFT) auprès de 88 entreprises, en recourant notamment à des clients tests anonymes, montre quelques points faibles, principalement aux arrêts. Quarante et un pour cent des entreprises ne répondent pas aux standards minimaux. Cela concerne la propreté des abribus ou des poubelles, ainsi que l’affichage du plan de réseau. Plusieurs compagnies n’ont pas encore équipé leurs stations des panneaux conformes aux nouvelles règles en vigueur depuis 2016.

Vingt-trois pour cent des entreprises de transport ferroviaire n’atteignent pas le niveau de performance requis, notamment pour la propreté du sol, des WC et de l’extérieur des trains. Quant aux bus, seuls 13% des transporteurs examinés ne remplissent pas les exigences minimales en matière d’annonce de l’arrêt suivant et de propreté des vitres. L’OFT n’a pas relevé de «différences régionales significatives», mais observe que les opérateurs de Suisse centrale sont souvent plus performants.

Genève derrière Bâle-Ville et Zurich

L’office a calculé des moyennes par canton. S’agissant de l’offre ferroviaire, il note que «les cantons latins se situent dans la deuxième partie du classement». Bien que se situant au-dessus du standard minimal (89,69 points sur 100), Genève, Neuchâtel et le Jura occupent trois des quatre derniers rangs. Dans le groupe «bus», seul Neuchâtel n’atteint pas la valeur seuil de 91,73 points. Dans la catégorie «arrêts», ils sont sept, dont Neuchâtel et le Valais, à rester au-dessous du plancher (84,39). Dans les trois domaines, Genève est le moins bien classé des trois cantons urbains, derrière Bâle-Ville et Zurich.

Le Temps a obtenu de l’OFT des informations pour chaque compagnie. En trafic régional par rail, la microscopique compagnie bernoise Meiringen-Innertkirchen obtient la meilleure note du pays (99,41). Le Morges-Bière-Cossonay (MBC) se situe dans le haut du classement, avec 97,54 points. A l’opposé, la compagnie romande la moins bien jugée est TransN, avec 81,05 points. Sont également au-dessous de ce seuil les Transports Montreux-Vevey-Riviera (MVR, 86), Nyon-Saint-Cergue-Morez (86,3) et les Chemins de fer du Jura (CJ, 86,66).

Sur la route, si l’on excepte une filiale de Deutsche Bahn active autour de Bâle, la palme nationale est décernée à l’opérateur valaisan Cars Ballestraz (98,84), qui, en revanche, est mal classé pour les arrêts (76,29). Se situent au-dessous des minima la Société des transports de la Vallée de Joux (AVJ, 83,45), les Transports publics du Chablais (TPC, 85,03), ceux de la Région Nyonnaise (TPN, 87,57), les CJ (88,66) et MBC (89,17). Si le canton de Neuchâtel occupe la dernière place de ce groupe, il ne le doit pas à TransN (qui obtient 91,79 points), mais à l’antenne régionale de CarPostal. Sur le plan national, l’autocariste jaune obtient une note moyenne de 95,22, mais elle n’est que de 90,05 à Neuchâtel.

Publicité