C'est le cas du Röstigraben. Le fait qu'une région linguistique entière soit minorisée peut influer sur les conséquences concrètes qu'entraîne un vote, mais pas nécessairement. Le fait que l'électorat romand soit majoritairement dans le camp des battus ne suffit généralement pas à provoquer un impact. Le critère principal est souvent que tous les six cantons romands aient voté en bloc – y compris donc les deux cantons à minorité alémanique. Cela a été flagrant lors des votations de novembre: alors que le non latin soudé aux deux initiatives pour l'abaissement de l'âge de la retraite a eu des conséquences majeures sur les travaux parlementaires en vue de la 11e révision de l'AVS, l'approbation de l'initiative antimilitaire socialiste par une majorité de l'électorat des cantons latins (mais sans Fribourg et Valais) n'a eu aucun impact. Le Röstigraben parfait sur l'assurance maternité donne lui aussi une légitimité accrue aux autorités pour remettre l'ouvrage sur le métier – outre le mandat constitutionnel existant en l'espèce. Il ne sera donc pas indifférent que la Suisse romande dise oui ou non à «Oui à l'Europe!» dimanche de manière plus ou moins soudée, quel que soit par ailleurs son score au niveau national.