Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'usine Tridel, image du site du groupe SGI.
© SGI

déchets

Tridel: le montant versé à Olivier Français aurait dû aller à Lausanne

Le municipal ainsi que le président du conseil de l’usine lausannoise d’incinération de déchets ont touché des rémunérations spéciales. Rien d’illégal, selon un audit, mais le politicien aurait dû verser les 80 000 francs à la ville, et non à des œuvres

Les rémunérations exceptionnelles octroyées par Tridel sont conformes au droit, selon les audits rendus publics mercredi. Mais les 80 000 francs versés à Olivier Français auraient dû aller dans la caisse lausannoise. Le municipal les avait remis à des associations.

La ville de Lausanne et l’usine d’incinération Tridel ont publié mercredi les résultats des deux audits demandés en novembre dernier. Il s’agissait alors de vérifier la pertinence des rémunérations extraordinaires accordées en mai 2016 à deux des administrateurs de Tridel: soit 80 000 francs versés à Olivier Français, alors municipal, et 50 000 francs à Stefan Nellen, président du conseil d’administration.

Les arguments de Stefan Nellen: «A Tridel, nos rémunérations sont justifiées»

Des versements conformes au droit

Selon les audits, ces versements sont conformes au droit et couvrent des heures effectuées hors cahier des charges. Mais la somme destinée au représentant de la ville aurait dû être versée à la caisse communale, comme le prévoit le règlement pour la municipalité.

Ce montant n’a pas été touché par Olivier Français, mais directement remis à des œuvres d’utilité publique. La municipalité renonce à demander un remboursement à ces dernières, car cela risquerait de mettre en péril leur mission, explique la ville dans un communiqué.

Au reste, Stefan Nellen part

Dans un communiqué, Tridel s’est félicité des conclusions de l’audit, «qui ne révèlent pas de problème de fond», mais reconnaît qu’il aurait été «plus opportun» de verser ces rémunérations au fur et à mesure de l’avancement des travaux de l’usine. Stefan Nellen, qui présidait depuis 2002 le conseil d’administration, a souhaité mettre un terme à son mandat à fin septembre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a