Revue de presse

«Le triomphe des extrémistes me préoccupe»

Non, ces propos ne sont ni signés Simonetta Sommaruga ni Jean-Claude Juncker. Il faut plutôt se diriger vers Herrliberg, ravissante commune zurichoise avec vue sur le lac, pour dénicher son auteur: Christoph Blocher

Dimanche 12 juin, Le Temps a épluché les titres dominicaux. Et le menu de cette revue de presse, une fois n’est pas coutume, sera très zurichois.

«Le triomphe des extrémistes me préoccupe»

Non, ces propos ne sont ni signés Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale socialiste, ni Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. Il faut plutôt se diriger vers Herrliberg, ravissante commune zurichoise avec vue sur le lac, pour dénicher son auteur: Christoph Blocher. Vous avez bien lu.

Dans une interview au «SonntagsBlicks», la figure paternelle de l’Union démocratique du centre se dit préoccupée par la montée des extrémistes, «en Europe ou aux Etats-Unis». Un phénomène que l’ancien ministre de l’asile attribue à un manque de confiance des citoyens envers les «politiciens établis».

L’ancien conseiller fédéral estime qu’un rempart existe face à cette foi citoyenne en décrépitude: la démocratie directe… Et l’UDC. «Des partis qui remettent en question la situation qui prévaut et pointent du doigt les manquements des politiques ne sont pas des mouvements populistes de droite.»

Lorsque le journaliste lui rappelle que certains de ses membres s’affichent publiquement avec des mouvements tels que le Front national, Ukip, l’AfD ou le FPÖ, Christoph Blocher se distancie: «Je connais ces partis qu’à travers les médias. […] J’ai toujours prévenu Oskar Freysinger ou d’autres intervenants qu’il fallait afficher une certaine réserve. Le danger, d’être instrumentalisé, est grand.»

Zurich: 99 logements, 5000 demandes.

Restons un moment dans la capitale économique du pays, où la «Neue Zürcher Zeitung am Sonntag» revient sur ces logements bon marché mis à disposition par la ville de Zurich et pris d’assaut par près de 5000 personnes sur trois jours. Vraisemblablement, l’affluence suscitée par des appartements aux loyers deux fois moins élevés que les prix du marché – entre 1800 et 1910 francs pour un 4,5 pièces de 90 à 95 m2 – n’aura pas relevé la seule attention de la correspondante du «Temps» ce jeudi, puisque le journal dominical en a fait sa Une.

Sous la plume d’Andreas Schmid, la «NZZ» relate comment certains postulants tentent de forcer le destin. «L’un d’eux nous a fait parvenir une maison de poupées qu’il avait bricolée, un autre nous a envoyé un CD de son propre cru vantant ses vertus de locataire potentiel», explique Kuno Gurtner, porte-parole de la ville de Zurich. Mais ces subterfuges cachent surtout une autre réalité: l’exaspération des Zurichois face aux loyers qui prennent l’ascenseur. En 2011, ils étaient 75% à approuver une ordonnance communale exigeant qu’un tiers du parc immobilier de la ville soit destiné au logement d’utilité publique d’ici 2050.

Pour poursuivre: A Zurich, faire la queue sur le trottoir pour un logement

Le président de l’UDC veut rétablir les contrôles systématiques aux frontières

Rétablir les contrôles systématiques aux frontières, c’est une «mesure urgente», assène Albert Rösti. Dans une interview au Matin Dimanche, le nouveau président de l’UDC estime qu’une telle manoeuvre serait «un message fort aux passeurs et aux réfugiés économiques». Le conseiller national bernois souhaiterait que la Confédération entreprenne des négociations avec l’Italie, arguant que «85% des réfugiés en Suisse arrivent par le train entre Milan et Chiasso». L’envoi de gardes-frontières suisses à Milan serait «le seul moyen de faire réellement respecter l’accord Schengen-Dublin».

Ueli Maurer exigerait un moratoire sur les dépenses de la Confédération

Le ministre des Finances Ueli Maurer exige apparemment du Conseil fédéral un moratoire sur les dépenses, qui devrait entrer en vigueur le plus rapidement possible. Selon un projet issu d’une note de discussion du Département fédéral des finances, que cite la «NZZ am Sonntag», l’administration fédérale doit repousser «tous les projets qui surchargent les finances fédérales».

Le Conseil fédéral doit également encourager les parlementaires à rejeter des interventions et initiatives populaires, dont l’application éventuelle pourrait mener à de plus hauts déficits. En outre, le Conseil fédéral doit veiller à ce que le cadre financier défini soit respecté. L’homme de Wetzikon propose de plus un nouveau plan de stabilisation 2018-2020.

Sondage: pas de retraite à 67 ans

L’augmentation de l’âge de la retraite à 67 ans n’a aucune chance d’être accepté par les Suisses. Selon un sondage effectué le week-end passé, 57% de la population se prononce contre le relèvement progressif de l’âge de la retraite. 27% des sondés se disent pour et 16% sont indécis, écrit la SonntagsZeitung. Aucune catégorie d’âge ne soutient majoritairement la réforme. Même constat du côté des partis, sauf pour le PLR, dont la moitié des partisans soutient ce relèvement. Ce sont les électeurs de l’UDC qui le rejette le plus fortement à 68%.

Publicité