Jamais le candidat démocrate-chrétien sortant Jean-René Fournier n'aurait pensé arriver dimanche aux Caves Provins à Sion, stamm de la campagne, dans le rôle du vainqueur de ces élections cantonales 2001. Bien qu'il ait fait une campagne médiatique intensive, personne ne l'aurait placé en tête des sortants dans cette élection. Avec 55 126 voix exactement sur 105 444 bulletins valables, il totalise 52,3% des voix, et devance ses colistiers Wilhelm Schnyder avec 51,8% et Jean-Jacques Rey-Bellet 50,5% des voix.

Le trio démocrate-chrétien est donc réélu au premier tour et cela constitue la première surprise du scrutin, bien que les dernières élections nationales d'octobre 1999 avaient montré que le PDC avait retrouvé une cote certaine auprès de l'électorat valaisan, après le rendez-vous mouvementé de 1997 qui avait vu Peter Bodenmann lui ravir un siège.

Ensuite, et c'est là maintenant tout l'intérêt de cette élection, le candidat radical officiel Claude Roch a fait un score honnête en totalisant 23,3% des voix et se retrouve donc nettement derrière le candidat socialiste, ce qui constitue une première. De plus il n'a pas distancé de façon déterminante la candidate dissidente et femme de Martigny, Cilette Cretton, qui a fait 20,2% des votants. Celle-ci, qui lui concède 3400 voix environ, a dès lors décidé de se représenter pour un second tour. «Je suis très heureuse du résultat déclarait-elle dimanche soir. Ce résultat, je ne le dois pas à un parti et je constate qu'il y a un fort soutien pour ma candidature qui va au-delà de la cause des femmes. Je constate aussi que le candidat socialiste n'a pas souffert de ma présence dans cette élection.» Enfin le candidat indépendant et «anti-magouille» Michel Carron, fait 6,6% des voix, un résultat honorable pour quelqu'un qui s'est présenté comme un candidat de débat. Mais, dit-il, «Je suis déçu de voir que les minorités se sont divisées et ont fait le jeu du parti majoritaire. Je ne sais pas pour l'instant si je serai présent au second tour.»

Convoitises

Celui-ci se déroulera dans deux semaines. En l'absence des élus du PDC qui ont raflé trois fauteuils, les deux sièges restants sont l'objet pour l'instant des convoitises de Thomas Burgener, Claude Roch, Cilette Cretton et peut-être Michel Carron. Certes le candidat socialiste part avec un avantage certain au vu de son résultat, mais il se pourrait qu'un candidat haut-valaisan démocrate-chrétien se profile pour défendre le deuxième siège germanophone, de crainte que le Valais romand n'obtienne finalement quatre sièges sur cinq.

Du côté du Grand Conseil enfin, il semble bien que les différentes factions du PDC maintiennent leur majorité. Selon les projections d'hier soir, elles devraient obtenir 74 des 130 sièges du parlement, soit un gain de trois députés. Les socialistes passeraient de 21 à 18 sièges; les libéraux de quatre à deux. Les radicaux perdraient un siège, et l'UDC, nouvelle venue, pourrait en gagner deux.