Le Tribunal fédéral (TF) confirme la condamnation à la perpétuité de l’homme accusé du triple homicide de Vevey (VD) en 2005. Il a rejeté le recours portant sur le meurtre et les assassinats, mais partiellement admis ce qui concerne les indemnités pour tort moral.

Après deux procès devant la justice vaudoise, l’homme accusé d’avoir tué le 24 décembre 2005 sa mère, une amie de celle-ci et sa sœur, échoue à nouveau. Dans son arrêt diffusé jeudi, le Tribunal fédéral balaie les arguments avancés.

La Cour estime que l’ensemble des éléments retenus par les autorités cantonales dans le cadre du deuxième procès de mars 2010 constitue un faisceau d’indices convergents. Ceux-ci permettent de retenir «sans arbitraire ni violation de la présomption d’innocence» que le recourant est bel et bien l’auteur de la tuerie.

Le procureur général vaudois Eric Cottier a pris acte jeudi de l’arrêt du Tribunal fédéral sur le triple homicide de Vevey. «Tous les reproches de l’accusé contre la justice sont considérés non pertinents» par la Cour, relève-t-il.

Quant à Me Robert Assaël, avocat de l’homme condamné à la prison à vie, il a annoncé jeudi qu’il allait saisir la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). «Cet arrêt consacre une véritable erreur judiciaire», affirme l’avocat. Les enquêteurs n’ont instruit qu’à charge, violant de manière crasse la présomption d’innocence, n’investiguant aucune autre piste que le contexte familial, dénonce Me Assaël. (ATS)