Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’affiche des opposants à la loi d’application cantonale de la LAT est visible en Valais depuis mardi dernier.
© Olivier Maire

Humeur

Les tristes campagnes des conservateurs valaisans

En Valais, les opposants à la loi sur l’aménagement du territoire jouent avec la mort pour susciter les larmes. Les promoteurs ne semblent pas même réaliser que leurs méthodes éculées sont contre-productives

En Valais, les brainstormings des spin doctors conservateurs engendrent des visuels qui pourraient surprendre s’ils ne répondaient pas systématiquement au même mot clé: tristesse.

L’affiche des opposants à la loi d’application cantonale de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) indigne les Valaisans. Elle montre une petite fille assise sous la pluie avec une valise et un ourson en peluche, qui dit: «Papa s’est tiré».

Ce triste visuel a été réalisé par l’Association de défense des intérêts des propriétaires (ADIP). Même si des voix discordantes s’élèvent parmi ses propres alliés, elle assume fièrement ce raccourci grossier qui empoisonne le débat: avec ses mille hectares de terres constructibles à dézoner, la LAT est responsable de l’augmentation des suicides en Valais.

La publicité qui a indigné le parlement

Outrées, les associations de prévention tentent d’expliquer que les causes de suicide sont beaucoup plus nombreuses et complexes. Rien n’y fait. Président de l’ADIP et de ses 2000 membres, Narcisse Pannatier insiste dans les médias: «Avec la LAT, de nombreuses familles se retrouvent en difficulté. Et certains passent à l’acte.»

Ce promoteur, dont la société se vante d’être «le numéro un de la construction en Valais», est proche de Patrick Fournier, un cadre de l’UDC lui aussi actif dans l’immobilier. Au moment du débat parlementaire, ce député avait élaboré une publicité qui associait déjà la LAT à la hausse des suicides: «Tous ceux qui collaborent auront du sang sur les mains». Tollé. Et lourde défaite au Grand Conseil.

Lire aussi: A contrecœur, le parlement légifère sur l’aménagement du territoire

A force de combattre toute tentative de gestion raisonnable du territoire, les promoteurs conservateurs ont eux-mêmes inspiré ces lois nationales contre lesquelles ils pestent aujourd’hui. Trop occupés à défendre leurs intérêts, ils n’apprennent pas de leurs échecs.

L’affiche qui a coûté cher à l’UDC

Pour dénicher la photographie la plus larmoyante possible, les têtes pensantes de l’ADIP ont pioché dans une banque d’images. Ils ont finalement trouvé leur bonheur sous le titre «fille seule dans la rue un jour pluvieux». Et sous le mot clé «tristesse».

Lors des dernières élections au gouvernement, l’UDC avait déjà tenté de susciter l’émotion pour gagner des voix. En ligne, la photographie idéale s’intitulait alors «jeune femme souffrant de sévère dépression». Maria avait les yeux rougis par les larmes.

Lire aussi: En Valais, une affiche de l’UDC fédère les adversaires d’Oskar Freysinger

L’affiche comparait les difficultés économiques des Valaisans aux loyers que l’Etat assume pour les migrants. Elle s’était finalement révélée contre-productive. Un mois plus tard, les électeurs éjectaient Oskar Freysinger du gouvernement.

A trois semaines du vote du 21 mai, tous les partis soutiennent la loi d’application cantonale de la LAT, qui ressemble beaucoup à une exception valaisanne. Sauf l’UDC, qui a mis ses meilleurs spin doctors sur le coup.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a