Berne, 28 avril 2021. Il est un peu plus de 19h00, et la température monte dans le centre médias, même si cette année la cérémonie se déroule sans théâtre et sans grand auditoire, comme c'est normalement l'habitude, hors période de covid. Mais les journalistes nommés sont là, dispersés sur les gradins, retenant leur souffle. Et enfin, le palmarès retentit: le meilleur travail journalistique de presse écrite a été en 2020 celui de Célia Héron, Sylvia Revello et Boris Busslinger, pour leur enquête sur le harcèlement à la RTS. 

«Aucun travail journalistique n’a eu un effet comparable en Suisse en 2020, salue Fredy Gsteiger, le président du jury du Swiss Press Award. La RTS est une vitrine sur le monde. (...) Les journalistes du Temps ont jeté un regard approfondi dans celle-ci. Rien de pénalement répréhensible, mais des choses extrêmement déplaisantes.»