Le Parti socialiste lausannois a désigné ses trois candidats à la municipalité pour les élections d'octobre. Il s'agit du syndic, Jean-Jacques Schilt, de la conseillère municipale Silvia Zamora, ainsi que d'Oscar Tosato, travailleur social et fils d'immigrés italiens. Tous trois ont été désignés par acclamation. Jean-Jacques Schilt a par ailleurs été confirmé comme candidat à la syndicature.

L'affaire de l'intervention de police aux Presses centrales n'a donc influencé en rien l'élection des candidats socialistes. Elle n'en a pas moins plané sur l'assemblée. Le syndic a répété ses «regrets» sur son «erreur d'appréciation» qui l'a poussé à autoriser cette opération. Il s'est dit sensible à l'émotion suscitée par cet incident chez les militants et syndicalistes, ce qui lui a valu des applaudissements.

Les socialistes ont accepté le principe d'une alliance avec les Verts et le POP sur une liste à cinq candidats. Des inquiétudes se sont toutefois manifestées sur l'identité du candidat popiste. Celui-ci sera en principe Bernard Métraux, mais ce dernier a été critiqué dans son parti pour l'affaire des Presses centrales, ce qui crée une certaine incertitude. Les élections d'octobre prochain seront cruciales pour la majorité rose-rouge-verte qui dirige Lausanne depuis douze ans. Après la perte d'un siège lors d'une élection complémentaire il y a un an, c'est maintenant la majorité elle-même que la gauche doit défendre face à une droite qui a repris confiance en elle.