Les unités de la Télévision suisse romande (TSR) et de la Radio suisse romande (RSR) seront regroupées. Cette convergence, qui a notamment pour but de réduire les frais, devrait être mise en œuvre en 2010, a indiqué jeudi le Conseil d’administration de SRG SSR idée suisse.

Pour l’heure, la société ne précise pas où les deux rédactions seront amenées à collaborer. Dans le dossier de presse, elle indique toutefois que tant le site de Genève, où se trouve actuellement la TSR, que celui de Lausanne, siège de la RSR, seront maintenus. «Par contre, on n’exclut pas les transferts au sein des studios et entre eux».

En regroupant les deux entités, la SSR souhaite certes faire des économies mais aussi créer «les conditions structurelles et organisationnelles de nature à assurer une convergence systématique dans le domaine rédactionnel», poursuit-elle. Et de souligner que les projets régionaux de convergence ne donneront la prééminence à aucun des deux médias.

Un tel regroupement a déjà été effectué au sein de la «Radiotelevisione svizzera» (RSI) et de «la Radio e Televisiun Rumantscha» (RTR), ajoute la SSR. Il s’agit maintenant de faire de même en Suisse romande mais aussi en Suisse alémanique.

En 2008, les comptes de la SSR ont été plus mauvais que prévu. Le déficit a atteint 79 millions de francs contre les 57 millions budgétisés. La faute aux coûteux grands rendez-vous sportifs comme l’Euro et les JO, aux recettes commerciales en baisse, à l’assainissement de la caisse de pensions consécutive à la crise financière et à l’«importance inattendue» du renchérissement.

Tant au niveau romand qu’au niveau alémanique, la question des regroupements de rédactions, voire de magazines, est hautement sensible. Dans sa dernière édition, la NZZ am Sonntag évoque un rapport confidentiel de la SSR, qui juge que la fermeture des studios de radios de Berne et Bâle provoquerait une trop grande résistance, rendant impossible cette éventualité à moyen terme.

Du côté du Syndicat des mass media (SSM), on s’inquiète. «Nous voyons cette fusion annoncée comme un vaste plan d’économies, disait Valérie Perrin, secrétaire du SSM-Vaud, avant l’annonce. Nous allons nous préoccuper du service public, des emplois et du respect de la consultation du personnel dans le cadre de la réforme.» Le SSM a par ailleurs récemment rencontré les directeurs de la TSR et de la RSR en compagnie de Jean-François Roth, président du Conseil d’administration de la SSR suisse romande. Le syndicat affirme avoir reçu un certain nombre de garanties en cas de création d’une entreprise unique: le maintien des sites et le respect de la spécificité de chaque média.

.