Il était l’une des pistes les plus concrètes suivies par les enquêteurs. La chaîne France Info a révélé vendredi matin que le mystérieux motard croisé par deux gardes forestiers le 5 septembre 2012, non loin du lieu du quadruple meurtre de Chevaline, près d’Annecy, (Haute-Savoie), a été identifié il y a un mois, entendu et disculpé. Selon les premières conclusions des juges d’instruction d’Annecy, l’homme originaire de Lyon se trouvait là par hasard, il s’adonnait au parapente.

Toujours selon la radio, il aurait été repéré grâce à son téléphone portable et l’exploitation d’images vidéo. L’homme aurait dit aux enquêteurs de Chambéry ne pas avoir fait le rapprochement entre sa présence sur la zone, la tuerie et la diffusion d’un portrait-robot diffusé en novembre 2013 dans toute la France. Pour rappel, le 5 septembre 2012, trois membres d’une famille de touristes britanniques d’origine irakienne, les Al-Hilli, étaient exécutés de plusieurs balles sur un chemin forestier. Un cyclotouriste français, victime sans doute collatérale, était lui aussi abattu. Les deux enfants du couple ont survécu, l’aînée a été grièvement blessée.

Plusieurs pistes ont été étudiées (tireur fou, espionnage, règlement de comptes familial…), qui pour l’heure n’ont toujours pas abouti. Celle du motard était particulièrement suivie. Le 18 février 2014, un policier municipal de Haute-Savoie, collectionneur d’armes, qui correspondait au portrait-robot, a été interpellé puis remis en liberté quelques jours plus tard, son ADN ne correspondant pas à ceux relevés sur la scène de crime. La piste du motard semble aujourd’hui enterrée, reste celle d’un 4X4 vu lui aussi sur le chemin forestier dont les occupants n’ont pas encore été identifiés.