Météo

Tunnel du Mont blanc fermé et gros danger d’avalanche en Valais

Le danger d’avalanches est demeuré élevé samedi en Suisse, particulièrement en Valais. Avec le retour prévu du soleil dans le Vieux-Pays, le 1er de l’An sera une journée à haut risque en montagne. Quant au tunnel du Mont Blanc, il reste fermé

Toutes les conditions devraient être réunies pour qu’il y ait énormément de monde sur les pistes. Avec le manteau neigeux instable et un risque d’avalanche de 4 sur une échelle de 5, le porte-parole de la police valaisanne Jean-Marie Bornet a tout lieu de craindre cette journée.

La météo de samedi n’a pas été pour arranger la situation, avec un réchauffement dès la mi-journée et la limite de la neige qui est remontée à près de 1800 mètres, notamment en Valais. Le manteau est d’autant moins instable que, de jeudi à samedi, Il est tombé entre 50 et 80 cm au nord des Alpes et en Valais, et jusqu’à 1 m dans le massif du Gothard.

Circulation entravée

Il n’est donc pas étonnant que cette région soit difficilement accessible tant par la route que par le rail. Les chemins de fer Matterhorn Gotthard Bahn (MGB) sont toujours interrompus en raison du danger d’avalanche. Le service de ferroutage est de fait également arrêté. Un accident entre les jonctions de Wassen et Amsteg sur l’A2 en fin de journée a en outre nécessité la fermeture du tunnel dans le sens sud-nord jusqu’à minuit.

C’est toutefois un peu plus au nord que les plus grands dérangements sont survenus. Une coulée de neige a interrompu samedi matin le trafic ferroviaire entre Meiringen (BE) et Giswil (OW), sur la ligne du Brünig. Le tronçon a été fermé pour les travaux de dégagement. Un service de bus a été mis en place pour relier l’Oberland bernois à Lucerne.

Personne n’a été blessé et aucun train n’a été bloqué par cette petite avalanche, a précisé à l’ats Ivan Buck, responsable de l’entreprise Zentralbahn (zb). La ligne a rouvert vers 20h00.

«Avec les quantités de neige qui sont tombées, la situation est clairement tendue et ça va continuer toute la semaine», pronostique François Dufour, responsable de l’antenne valaisanne de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (SFL). Il déconseille vivement les randonnées à ski sur des pentes au-delà de 30 degrés.

Selon l’Institut SFL, le danger d’avalanche de degré 4 concerne la crête nord des Alpes du Chablais jusqu’à Flims, la vallée d’Urseren et le Valais hormis la région au sud du Simplon. Dans ces zones, il faut s’attendre à des avalanches spontanées, de dimension importante.

Brouillard lausannois

En Valais également, un certain nombre de routes sont fermées, notamment dans la vallée de Conches ou le Lötschental. Mais le canton est accessible. La situation n’est tendue ni sur le plan des infrastructures ni sur celle de la protection de la population, affirme M.Bornet qui précise que les mesures de fermetures préventives de routes sont habituelles.

En plaine aussi la circulation n’est pas commode samedi. A cause d’un épais brouillard dans la région lausannoise, le trafic y était fort ralenti. Aucun accident majeur n’a cependant été signalé jusqu’en début de soirée. Dans le Val de Travers, ce sont des chutes d’arbres qui ont nécessité la fermeture de la route entre Sainte-Croix et Buttes (NE), selon viasuisse.

En France aussi

En France voisine, la situation s’est déjà détendue samedi, même si le tunnel du Mont-Blanc qui relie la France à l’Italie était fermé à la circulation de tous les véhicules. Il le restera jusqu’à dimanche matin au plus tôt, en raison des risques d’avalanche engendrés par d’importantes chutes de neige.

Le bulletin de vigilance orange aux avalanches, émis en Savoie et en Haute-Savoie en raison des fortes chutes de neige, a été levé en milieu d’après-midi, a indiqué Météo France. La situation devrait encore s’améliorer dimanche.

Le risque d’avalanches naturelles reste «fort», soit d’un niveau 4 sur une échelle de 5, sur le massif du Mont-Blanc pour la Haute-Savoie, ainsi que sur les massifs du Beaufortain, de la Vanoise, de la Maurienne et en Haute-Tarentaise pour la Savoie, souligne le centre de St-Martin-d’Hères, dans l’Isère.

Publicité