Ayant fêté ses 69 ans tout récemment, Ueli Maurer devrait jouir depuis longtemps d’une paisible retraite. Mais il n’en est pas question. Arrivé au terme d’une année présidentielle très chargée lors de laquelle il a rencontré tous les grands de ce monde, le ministre des Finances a affiché son optimisme pour la Suisse tout en tenant des propos peu amènes envers l’Union européenne (UE).

Il a d’abord pris un malin plaisir à prendre le contrepied de tous ceux qui estiment que la dernière législature a été «perdue», tant la Suisse a eu de la peine à se réformer. «Rien n’est plus faux», s’est exclamé le conseiller fédéral. «Nous avons vécu une bonne législature, durant laquelle nous avons pu amortir notre dette de 9 milliards de francs, et même de 25 milliards depuis l’introduction du frein à l’endettement.» Pour un peu, on se serait cru dans une chanson de Michel Berger: «C’est peut-être un détail pour vous»… Mais pour le monde entier, cela ne passe pas inaperçu. «Aux yeux des observateurs étrangers, un pays qui réduit ses dettes, c’est spectaculaire, et probablement unique au monde», a souligné le grand argentier de la Confédération. Le pays donne ainsi un signe de stabilité et de confiance.