Ueli Maurer regarde l’avenir avec optimisme. Même s’il se dit prêt à respecter la volonté de son parti, le ministre de la défense UDC ne pense pas qu’il devra quitter le gouvernement. Il a en outre bon espoir que le peuple accepte d’accorder davantage de moyens à l’armée.

En principe, le peuple devrait se prononcer en septembre ou novembre 2013, a déclaré le conseiller fédéral, qui a emmené mercredi les médias dans l’Oberland bernois. Sur pression du Parlement qui veut une armée de 100’000 hommes et pesant 5 milliards de francs, le gouvernement a décidé d’acheter 22 avions de combat de type Gripen.

Le concept de mise en oeuvre devrait être présenté d’ici l’été. Il s’accompagnera d’un programme d’économies définissant les sacrifices que devront faire les autres départements pour renflouer les caisses de la défense.

Avec un plafond des dépenses fixé à 5 milliards par an dès 2014, le Département d’Ueli Maurer devrait obtenir 600 millions de plus que prévu par le plan financer 2013-2015. Le plan d’économie pourra être mis en votation en cas de référendum, selon le Zurichois.

Deuxième siège UDC

Revenant sur l’élection du Conseil fédéral, Ueli Maurer a fait la grimace. Pour lui, il est préoccupant que le plus grand parti de Suisse ne dispose que d’un siège au Conseil fédéral.

Il est pourtant peu vraisemblable que l’UDC passe dans l’opposition, a-t-il estimé. Mais le ministre de la défense s’est dit prêt à soutenir toute décision de son parti, qui se prononcera fin janvier à ce sujet.

Ueli Maurer a affirmé se sentir bien au sein du collège bien que, et cela «n’est un secret pour personne», il s’y trouve isolé sur bien des questions.