Après une polémique qui a éclaté jeudi soir suite à une déclaration à la radio alémanique, le président de la Confédération Ueli Maurer, en visite officielle en Chine, s’est refusé à tout commentaire. «Je ne souhaite pas commenter une interprétation aventureuse de mes propos, a-t-il déclaré vendredi à l’ats.

M. Maurer se trouvait à Guiyang, dans le sud de la Chine, où il participe à un forum sur l’environnement. La veille, sur SRF, il était interrogé sur sa visite auprès d’une division de chars de l’armée chinoise.

«Vous avez rendu visite à une division blindée, ce qu’aucun chef d’État occidental n’a fait jusqu’ici. Êtes-vous conscient que la propagande chinoise pourrait l’interpréter comme une réhabilitation de son image? Ça serait mauvais, car l’armée a tiré sur le peuple et a réprimé le mouvement démocratique dans le sang», avait demandé le journaliste. «Je pense que nous pouvions tirer un trait sur cette affaire depuis longtemps. Le DDPS entretient des liens réguliers avec la Chine depuis 15 ans. C’était très intéressant de voir comment se passe l’instruction des troupes. J’ai beaucoup apprécié l’esprit d’ouverture de mes hôtes», a répondu le président de la Confédération.