Fiscalité

Ueli Maurer prévoit un plan d'austérité en cas de «non» à la RIE III

Le ministre des finances estime qu'il faudra faire des sacrifices budgétaires durant quatre à huit ans

Le ministre des finances Ueli Maurer met en garde contre un «non» à la réforme de l'imposition des entreprises RIE III. En cas de rejet, il dit prévoir un plan d'austérité de plusieurs milliards de francs.

«Si le non l'emporte, je lance dès le lendemain un programme d'économies de plusieurs milliards de francs pour les prochaines années», déclare le conseiller fédéral UDC dans une interview à la Schweiz am Sonntag. Ueli Maurer estime qu'il faudra faire des sacrifices budgétaires durant quatre à huit ans.

Lire aussi: Pour ou contre la réforme de la fiscalité des entreprises?

La troisième réforme de l'imposition des entreprises, qui devrait entrer en vigueur en 2019, vise à remplacer les statuts spéciaux actuellement accordés à quelque 24 000 multinationales. Elle est soumise en votation le 12 février prochain.

Rester ou non en Suisse

Au contraire, une acceptation de la réforme RIE III par le peuple «amènerait une dose incroyable de sécurité» financière à la Suisse, selon le chef du Département des finances (DFF). Il cite en exemple des entreprises qui pourraient investir fortement dès le lendemain de la votation en cas de «oui» et d'autres qui hésiteront à rester en Suisse en cas de «non».

Ueli Maurer estime que la Suisse souffre déjà d'un manque d'implantation de nouvelles entreprises depuis quelques années, en raison de l'insécurité juridique actuelle face à l'Union européenne, des incertitudes liées à l'initiative sur l'immigration de masse et des impôts élevés.

Un non à RIE III donnerait un signal «absolument dévastateur», selon lui. «Si nous refusons la réforme, nous allons à la fois perdre des emplois et avoir zéro chance d'en créer de nouveaux», affirme-t-il dans le journal dominical alémanique.

Publicité