Vingt et une personnes pour une soirée qui en compte près de 1200 à l’accoutumée, un 23 décembre. C’est ce chiffre édifiant qui a poussé la discothèque bulloise Globull à fermer ses portes jusqu’au Nouvel An, afin de ne pas revivre un krach financier supplémentaire. Surpris par l’annonce du Conseil fédéral de l’imposition de la règle des 2G + (guéri ou vacciné, mais avec obligation de présenter un test négatif), entrée en vigueur il y a une semaine, le monde de la nuit se prépare à la dernière soirée de l’année, ce vendredi, la boule au ventre.