Les nouveaux trains à deux étages que doit livrer Bombardier aux CFF ne devraient entrer en exploitation qu’en 2017. Soit un an plus tard que ce qui était encore prévu récemment. En compensation, le constructeur livrera gratuitement trois trains supplémentaires et des pièces de rechange.

Le constructeur et la compagnie se sont mis d’accord sur un nouveau plan de livraison, a indiqué mercredi la compagnie ferroviaire. Le contrat porte sur une soixantaine de trains à deux étages pour un montant d’environ 2 milliards de francs. La livraison était à l’origine prévue pour 2013, mais a été retardée par des exigences supplémentaires sur les caisses de voitures.

Bombardier s’est engagé à rattraper le retard, actuellement estimé à trois ans, et à livrer la totalité des 62 trains commandés d’ici à 2020 comme prévu au départ. Le retard accumulé jusqu’à présent n’a aucune influence sur les futurs horaires, indiquent les CFF.

Premiers tests en 2015

Selon Bombardier, le premier train sera assemblé en décembre 2014 à Henningsdorf, en Allemagne. Le deuxième train de test suivra à Villeneuve (VD) en février 2015. Les CFF analyseront la qualité des trains au printemps 2015. Si la production, les tests et la réception se déroulent bien, les premiers trains pourront entrer en service dès 2017.

Le constructeur canadien et la compagnie ont réglé la question du retard dans la nouvelle convention. Il a été convenu que Bombardier livrerait gratuitement trois trains supplémentaires et des pièces de rechange aux CFF. La convention sera valable à la condition que les trains de test de Bombardier répondent aux critères de qualité des CFF au printemps 2015. Faute de quoi, elle sera caduque.

Exigences supplémentaires

Les indemnités de retard de livraison ont aussi été négociées. Les parties se sont entendues pour garder le secret sur les détails de l’accord. Au début de l’année, les deux partenaires s’accusaient encore mutuellement d’être à l’origine des difficultés.

Des plaintes d’organisations de handicapés ont compliqué la donne, modifiant la conception des wagons. Le directeur des CFF avait quant à lui évoqué des problèmes techniques chez le constructeur. L’émission «Rundschau» de la télévision alémanique SRF avait rapporté en janvier dernier que Bombardier réclamait 326 millions de francs aux CFF.