Berne-Jura

A un an du vote d'autodétermination de Moutier, la campagne est lancée

Le 18 juin 2017, les quelque 7000 habitants de la Prévôté choisiront de rester bernois ou d'intégrer le canton du Jura. Autonomistes et loyalistes bernois battent le pavé

Dans un an exactement, le 18 juin 2017, la ville de Moutier choisira dans quel canton elle entend vivre. Quatre autres petites communes voisines pourraient lui emboîter le pas. Et la Question jurassienne sera alors formellement close, selon un accord berno-jurassien signé en 2012.

Depuis que Moutier, qui élit des autorités autonomistes depuis trente ans, a pour la première fois voté en faveur du changement de canton, le 24 novembre 2013 (à 55,4%), la campagne est lancée et intense.

Les partisans du transfert ont pu se dénombrer avec l'élection à la mairie de Marcel Winistoerfer, successeur de l'emblématique Maxime Zuber. 

Lire aussi : Moutier reste en mains autonomistes

A tout juste un an du scrutin, les autonomistes ont lancé un appel plutôt bien suivi à afficher partout à Moutier des drapeaux jurassiens. Ils ont lancé une importante campagne de conviction de proximité, sachant que le résultat s'annonce serré et qu'il dépendra du vote des 15 à 20% d'électeurs peu politisés, qui ne votent pas habituellement.

Les opposants au transfert de Moutier dans le canton du Jura (plus de 200 personnes) étaient eux réunis à la Montagne de Moutier, pour une manifestation mêlant brunch, discours et musique populaire.

Le comité «Moutier-Prévôté», formé de citoyens de la cité prévôtoise, bénéficie depuis samedi du soutien d'un comité intitulé «Moutier, j'y tiens», regroupant des gens qui veulent s'engager pour que Moutier reste dans le Jura bernois et pour maintenir l'unité de la région francophone.

Invité d'honneur de la manifestation, le conseiller d'Etat bernois Bernhard Pulver a répété qu'il était important que Moutier reste dans le canton de Berne au nom du bilinguisme et d'une société traversée par des échanges entre deux cultures.

Bernhard Pulver estime, selon la version écrite de son discours, que changer de canton comporterait des risques pour Moutier. L'élu vert a cité les dangers pesant sur les structures hospitalières, sur la localisation des sites de formation professionnelle ou sur les services de l'administration décentralisée.

«Son discours a été très applaudi», indique à l'ATS Virginie Heyer, membre du comité de soutien «Moutier j'y tiens». Pour la présidente de la section du Jura bernois du PBD, les participants à cette fête regardent avec optimisme le vote communaliste.

Il y a une semaine, le camp autonomiste s'était réuni à l'occasion de la manifestation intitulée «Faites la Liberté». A cette occasion, le comité «Moutier, ville jurassienne», affirmait que la destinée des Prévôtois a de tout temps été de rejoindre le Jura.

Lire aussi : Pourquoi Maxime Zuber tourne le dos à la politique

Publicité