Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Avec la fonction «check in, check out», l’usager active son billet numérique au moment de commencer sa course, puis le désactive lorsqu’il arrive à destination.
© Walter Bieri/KEYSTONE

Mobilité

Un billet sur mesure pour les voyageurs occasionnels

Les Transports publics zurichois lancent une fonction qui permet d’affiner le tarif des tickets de transport. Ce type d’offres s’étend pour répondre aux nouvelles habitudes des usagers, de plus en plus nombreux à tourner le dos aux guichets et automates pour acheter leurs tickets à l’unité via leur smartphone

Marcheur, cycliste, automobiliste ou simple visiteur de passage, sans abonnement de transports publics mais muni d’un smartphone et prêt à monter dans un tram occasionnellement: voilà le public cible de la nouvelle application lancée par les Transports publics zurichois (ZVV) mercredi. Avec la fonction «check in, check out», l’usager n’a plus besoin de passer par un guichet ou un automate à billets, ni d’étudier le plan des zones tarifaires pour déterminer quel ticket acheter.

D’un clic, il active son billet numérique au moment de commencer sa course, puis le désactive lorsqu’il arrive à destination, où s’il décide d’écourter inopinément son trajet. Le parcours est enregistré via la géolocalisation du téléphone et l’algorithme calcule le meilleur tarif. L’entreprise de transport assure avoir obtenu le feu vert du préposé cantonal à la protection des données pour sa nouvelle app.

Un projet pilote pour tester le marché

Destiné dans un premier temps aux voyageurs occasionnels, ce ticket sur mesure sera bientôt disponible pour tous les usagers des transports publics en Suisse via l’application des ZVV. Ce projet pilote zurichois, lancé d’abord durant 18 mois pour tester le marché, s’inscrit dans le programme «Ticket de transport 2020», qui vise à harmoniser les systèmes tarifaires sur l’ensemble du territoire.

Mais Zurich n’est de loin pas le premier canton à adopter cette fonction. Le système Lezzgo – celui qui est désormais intégré dans l’app des ZVV – a été lancé en 2016 par l’entreprise de transports BLS AG, d’abord dans plusieurs zones tarifaires régionales, dont Berne et Fribourg. Il est accessible dans l’ensemble de la Suisse depuis janvier 2018.

Plusieurs modèles en concurrence

Ainsi, un voyageur qui se rend en bus à la gare de Lausanne, prend un train pour Berne puis monte dans un tram pour se rendre au Centre Paul Klee, par exemple, n’a plus à se procurer trois tickets différents. La fonction «check in, check out» calcule automatiquement le montant du trajet en tenant compte des différentes zones tarifaires traversées et d’un éventuel abonnement. S’il s’avère qu’un ticket spécial tel qu’une carte journalière représente la solution la plus avantageuse, l’app choisira automatiquement cette option.

A côté de Lezzgo, deux autres modèles se font concurrence: FairtiQ, valable dans toute la Suisse; et Abilio, le planificateur de voyages développé par la compagnie ferroviaire régionale Südostbahn (SOB). Ce type d’offres s’étend pour répondre aux nouvelles habitudes des usagers, de plus en plus nombreux à tourner le dos aux guichets et automates pour acheter leurs tickets à l’unité via leur smartphone. En facilitant la décision spontanée de monter dans un tram ou un bus, les entreprises de transport espèrent aussi attirer de nouveaux usagers.


Sur le même sujet:

La billetterie se met à l’heure numérique

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a