Carnet de campagne

Un budget de campagne de 150 francs pour Léo Tinguely

Encore aux études, le coprésident des jeunes socialistes fribourgeois ne peut compter que sur de faibles moyens financiers. Il compense par un militantisme actif et un positionnement clair, très marqué à gauche

Comment font-ils campagne, avec quels moyens et quelle motivation? Alors que les candidats aux élections n'ont jamais été aussi nombreux, «Le Temps» en suit six.

Le portrait: Léo Tinguely et la tournée des bénichons

Retrouvez tous nos carnets de campagne

Lorsque l’on se lance dans le grand bain des élections fédérales, que l’on est toujours étudiant et que l’on doit travailler le soir dans un restaurant pour financer ses études, le budget de campagne est forcément limité. C’est le cas de Léo Tinguely, coprésident de la Jeunesse socialiste fribourgeoise (JSF) et candidat pour la première fois au Conseil national. Il va ainsi investir 150 francs de sa poche; pas de quoi – et de loin – faire des folies. «Cette somme m’a servi à créer des cartes postales à mon nom», relève le jeune homme de 22 ans.

Le coût de la campagne menée par la liste de la JSF est également modeste, estimé entre 2000 et 2500 francs, financé principalement par les cotisations des membres et une participation du Parti socialiste de Fribourg. «Avec aussi peu de moyens, chaque choix devient stratégique», souligne Léo Tinguely, qui précise que l’argent a notamment été utilisé pour l’impression de flyers et la réalisation d’une vidéo à destination des réseaux sociaux. La JSF a renoncé à participer à la surenchère d’affiches posées le long des routes. «On en a seulement installé une dizaine sur l’ensemble du canton», précise-t-il.

Militantisme actif

Pour compenser le faible budget, les jeunes socialistes font du «militantisme actif». «Nous tractons au marché, dans les gares, on identifie les manifestations à ne pas manquer», précise Léo Tinguely, qui a en particulier la mythique course Morat-Fribourg, le 6 octobre prochain, en ligne de mire. «Pour tout candidat à une élection, il est important de se montrer et d’expliquer ses idées aux citoyens.» Il l’est encore davantage pour les représentants de ces jeunesses de parti, qui vivent dans l’ombre de leurs «aînés».

Retrouvez le dossier: Carnet de campagne

«Pourtant, nous sommes indépendants du Parti socialiste, rappelle Léo Tinguely, On peut par exemple faire partie de la JSF sans être membre du PS.» Surtout, l’étudiant insiste sur le positionnement différent: «Nous sommes plus à gauche que le PS.» Il évoque entre autres la migration, «un thème trop souvent abandonné par la gauche»: «Nous militons ainsi pour des voies migratoires sûres et un accueil digne.»

Elections de 2021 en vue

Léo Tinguely met enfin en avant leur dernier combat. Ce printemps, les jeunes socialistes fribourgeois ont récolté 3000 signatures dans le canton pour aider à faire aboutir l’initiative «99%» des jeunesses socialistes suisses dans le but d’imposer les revenus du capital. Reste que ce scrutin fédéral offre surtout une occasion de se positionner avant les élections cantonales de 2021, avec le rêve de faire son entrée au Grand Conseil. La Jeunesse socialiste zurichoise n’a-t-elle pas réussi, en mars dernier, à faire élire six des siens au sein du législatif cantonal?


En vidéo: la campagne sur le terrain

Explorez le contenu du dossier

Publicité