Célèbre pour sa plage de sable fin, «la plus belle du Léman» assure-t-on par ici, Excenevex est en passe d’accéder à une nouvelle notoriété, hexagonale celle-ci puisque la presse parisienne s’est déplacée. Une princesse dubaïote vient de verser un million de dollars à la petite bourgade haut-savoyarde (1100 habitants).

Elle s’appelle Lateefa bint Maktoum, est la fille du Cheik Mohammed ben Rachid al-Maktoum, l’actuel vice-président des Emirats arabes unis (EAU). Cette somme est destinée à financer la construction d’un parc de jeux pour enfants «à vocation culturelle» a insisté la princesse, elle-même peintre et photographe, propriétaire de galeries d’art à Dubaï.

Pierre Fillon (même famille politique mais aucun lien de parenté avec le candidat à la présidentielle), le maire d’Excenevex, précise: «Je n’ai jamais rencontré la princesse mais sa gouvernante française qui la représente nous a fait part de son vœu de nous verser cette somme, à la condition qu’elle serve à ouvrir un parc. La princesse a un enfant en bas âge et elle souhaite que lors de ses séjours chez nous sa fille se mêle à nos enfants et ainsi se sociabilise.» Un projet éducatif au coût extravagant pour le commun des élus «mais pour ces gens-là qui ont du pétrole plein les poches ça doit ressembler à une petite subvention», entend-on dans le village.

Cortèges de grosses voitures noires

Pourquoi Lateefa bint Maktoum a-t-elle choisi Excenevex? Parce que sa famille, comme tant d’autres du Golfe, est propriétaire de vastes terrains et résidences dans le Chablais français, à Maxilly, Thonon ou Chens sur Léman. Avec vue sur le lac et ponton pour amarrer les yachts voguant vers Genève ou Lausanne. On croit savoir à Excenevex que la princesse passe deux à trois semaines l’été aux Roches (32 ha de domaine dûment surveillé, ceinturé de murets et hauts taillis). «On sait qu’elle est là quand il y a des cortèges de grosses voitures noires toutes teintées», glisse un villageois.

On sait que la princesse est là quand il y a des cortèges de grosses voitures noires toutes teintées

Un habitant

En 2009 Pierre Fillon a déjà reçu un chèque de 200 000 euros signé par la reine Fatima bint Moubarak (belle-mère de Khalifa bin Zayed al-Nahyan, actuel président des EAU) «pour faire des terrains de sport». Le million de dollars de la princesse tombe à pic car face à l’église un terrain municipal de deux hectares bordant le lac est vacant. «Nous souhaitions faire de ce champ en zone protégée un parc naturel mais faute d’argent le projet est resté à l’état de pâture pour les vaches» indique l’édile. La gouvernante a fait part du choix du conseil municipal auprès de la princesse qui a validé le projet et versé aussitôt la somme. Les travaux devraient commencer en juin pour s’achever un an plus tard.

Au bar PMU du village, on se gausse

Au bar PMU du village, on apprécie à sa juste valeur le cadeau princier mais on se gausse du «sans contrepartie» qu’assène Pierre Fillon à la presse lorsque celle-ci l’interroge sur la raison réelle de ce don. On se souvient dans la région de l’affaire dite du frère du président de l’EAU qui en 2009 a offert 700 000 euros à la ville de Thonon. «Sans contrepartie on nous a dit, lâche un consommateur, mais plus tard son ponton de 25 mètres est passé à 40 ce que la loi interdit mais il l’a finalement eu. Sarkozy qui à l’époque négociait l’ouverture d’une base militaire française à Abou Dhabi a téléphoné à Denais (maire de Thonon, ndlr) pour lui mettre la pression». Un autre client, très remonté: «On nous dit que la princesse veut que sa fille joue avec d’autres enfants mais ces gens-là ne se mélangent jamais à nous. Ils sont invisibles. Leur gamine avec nos gosses, vous croyez cela possible?» «Revenez dans deux ans et vous verrez», sourit le tenancier.

Ils rachètent des propriétés qui avant appartenaient à des fortunes françaises. Demain ce sera peut-être des Russes ou des Chinois

Pierre Fillon, maire d’Excenevex

La crainte à peine voilée ici est que la famille ne s’approprie «en douce» le terrain, d’autant que les Maktoum ont acheté un vieux manoir attenant et visaient aussi l’acquisition des deux hectares. Pierre Fillon, qui sait ce qui se dit dans son dos, évoque une affaire de jalousie: «Ceux qui parlent de combine appartiennent à ces vieilles familles paysannes qui ont longtemps géré dans l’inertie Excevenex. Eux voulaient une salle des fêtes pour les repas des anciens, mais je ne vais pas mettre deux millions pour trois banquets par an.»

Les riches familles du Golfe sont nombreuses à avoir fait du Chablais un lieu de villégiature, des terrains y étant encore disponibles contrairement à la Suisse. Mais c’est bien la proximité de Genève, ses services bancaires, ses hôtels et ses commerces de luxe qui attirent les cheikhs dans la région. Pierre Fillon juge que le procès fait parfois à aux émirs est injuste. «Ils rachètent des propriétés qui avant appartenaient à des fortunes françaises. Demain ce sera peut-être des Russes ou des Chinois. L’essentiel est qu’ils entretiennent ces biens et ne les emmènent pas chez eux», ironise-t-il. Les impôts locaux auxquelles ces familles du Moyen-Orient sont soumises font, par ailleurs, le plus grand bien aux finances des communes.