L'information est notamment confirmée par le département de la ministre vaudoise Noria Gorrite qui présente ses condoléances à la famille: un chauffeur de bus des Transports publics du Chablais est décédé vendredi en début d'après-midi aux Diablerets, après une altercation pour un problème de circulation. C'est un Suisse de 59 ans.

L'agresseur, un autre Suisse de 49 ans, a été interpellé par la police.

Vendredi vers 14h40, le chauffeur d'un bus a été gêné dans sa conduite par un véhicule stationné sur la place réservée aux bus alors qu'il effectuait une course pour le trafic de ligne Les Diablerets-Villars, précise la police vaudoise dans un communiqué publié samedi. Après qu'il a donné plusieurs coups de klaxon pour alerter son conducteur, celui-ci est rapidement venu déplacer sa voiture.

Un Suisse de 49 ans, domicilié dans la région, qui a assisté à la scène, a réagi aux coups de klaxon donnés par le chauffeur de bus. Enervé, il est venu l'apostropher verbalement à deux reprises, avant de s'éloigner.

Le chauffeur s'effondre

Peu après, il est revenu et est monté dans le bus où une altercation physique a eu lieu entre ces deux personnes. Après que l'homme a quitté le bus, le chauffeur, un Suisse de 59 ans, domicilié dans le Chablais valaisan, a demandé aux passagers de son véhicule de rester sur place, avant de s'effondrer, inconscient.

Il a été secouru par les personnes qui ont assisté à la scène. Il n'a pas pu être réanimé et est décédé sur les lieux, malgré les soins prodigués par le personnel ambulancier et le médecin de la Rega.

La procureure de service a ouvert une instruction pénale. L'enquête devra déterminer les circonstances exactes de cette altercation et les causes de la mort.

Ce cas a nécessité l'intervention de trois patrouilles de la gendarmerie vaudoise, d'une ambulance de l'Hôpital du Chablais, site de Monthey, et d'un équipage de la Rega, basé à Zweisimmen. Des enquêteurs de la police de sûreté et de l'Identité judiciaire ainsi que des médecins du Centre romand universitaire de médecine légale se sont aussi rendus sur place.