Un cocktail de produits chimiques

Alors que l’Etat du Valais et Lonza ont mis toute leur attention sur la pollution au mercure entre Viège et Niedergesteln, le WWF et Médecins en faveur de l’environnement viennent de faire eux-mêmes des prélèvements de terre en y cherchant tous les polluants qui s’y trouvent. Cinq échantillons proviennent des sédiments du Grossgrundkanal, utilisé depuis 1930 par l’industrie chimique pour y déverser ses eaux usées, les autres d’un jardin où des sédiments du canal ont été déversés.

Dans les deux cas, plus d’une centaine de polluants ont été détectés. Pascal Boivin, spécialiste des sols, fait partie du comité d’experts indépendants mandatés par le canton pour l’assister dans le cas du mercure. «Je n’ai connaissance que des données qui concernent le mercure», explique-t-il. «La présence d’autres polluants tels que des HAP ou des PCB n’augmente pas les risques qui pourraient être induits par le mercure. Quant aux dangers toxicologiques et aux risques de pénétration dans la chaîne alimentaire liés au mélange des autres substances entre elles, ils varient de cas en cas.»

L’Etat du Valais avait demandé à l’industrie de procéder à des analyses de plusieurs polluants sur quelques échantillons de terre. Les résultats étaient négatifs, à l’exception de quelques substances à des taux de concentration inférieurs aux exigences légales sur le site même de Lonza à Viège.