Ils se décrivent de droite, militaires, experts en aéronautique, entrepreneurs. Ils sont Suisses alémaniques. Et ils sont contre l’achat de l’avion de combat américain F-35A, que la ministre de la Défense, Viola Amherd, veut acquérir à 36 exemplaires pour 6,035 milliards de francs. Ce mercredi, le comité bourgeois «Groupe pour une Suisse sûre» est sorti du bois, avec un mot d’ordre: oui à de nouveaux chasseurs de haute performance, mais non au F-35A. Une lettre ouverte, que Le Temps a consultée, a été envoyée aux 246 parlementaires fédéraux. Elle pointe plusieurs risques financiers à la lumière des expériences faites par les pays clients du jet de Lockheed Martin. Les dépassements budgétaires pourraient atteindre jusqu’à 5 milliards de francs, alors que Viola Amherd promet une facture totale de 15,5 milliards sur une durée de vie de trente ans, achat et entretien compris.