Les bénéfices de la BNS doivent être versés à l'AVS, abstraction faite du montant annuel d'un milliard auquel les cantons ont droit. Voilà en substance le libellé de la nouvelle initiative populaire qui sera lancée en avril par un comité de gauche emmené par la «Basler Connection» du Parti socialiste. Ce comité, qui a été officiellement constitué mercredi à Berne, est en effet coaché par le conseiller national Rudolf Rechsteiner, l'ancien conseiller fédéral Hans Peter Tschudi (87 ans et toujours actif!) et l'ancienne conseillère nationale Angeline Fankhauser, tous Bâlois. On y trouve également l'ancien président du PS Helmut Hubacher (encore un Bâlois), les députés fédéraux vaudois Marlyse Dormond et Michel Béguelin, ainsi que le démocrate-chrétien valaisan Odilo Schmid, qui espère convaincre d'autres membres du PDC de suivre le mouvement.

Contrairement à l'initiative de l'UDC (à laquelle une commission des Etats envisage d'opposer un contre-projet), ce texte n'a pas pour but de vendre les réserves d'or de la BNS et d'en affecter le produit à l'AVS. Il ambitionne plutôt de verser les bénéfices annuels réalisés par la banque centrale au fonds AVS, ce qui a l'avantage d'alimenter chaque année le premier pilier en argent frais. Rudolf Rechsteiner estime à 2,1 milliards les excédents annuels qui pourraient être alloués à l'AVS. L'idée de financer cette dernière par un impôt sur les successions a en revanche été abandonnée.

«Le temps presse»

«Cette initiative est nécessaire, car, à force d'entendre que l'avenir de l'AVS est menacé, les personnes âgées ont été désécurisées», plaide Hans Peter Tschudi. Le comité espère récolter les 100 000 signatures en douze mois. «Le temps presse, car la BNS envisage d'augmenter la part qui revient aux cantons en 2003. Nous devons être prêts avant cette date», espère Rudolf Rechsteiner.