Il est des classements plus embarrassants que d’autres. Comme celui de l’Unicef, du 18 juin dernier, départageant les 41 pays de l’OCDE et de l’UE selon leur politique familiale qui place la Suisse au 38e rang seulement. Avec l’un des services de garde d’enfants les moins abordables, et un congé parental inexistant, la Confédération porte un honteux bonnet d’âne. Pourtant les partis perçoivent un fossé entre la politique familiale actuelle et la demande émergeant de la nouvelle génération, et rivalisent d’efforts pour accélérer le changement. En parallèle, cantons et Confédération proposent des sondages, enquêtes, et initiatives visant l’instauration la plus juste possible d’un congé parental.