Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'avalanche de Riddes, dans le canton du Valais
© Police du canton du Valais

Valais

Un deuxième corps retrouvé dans l'avalanche de Riddes 

Quatre personnes ont été ensevelies vendredi par une avalanche au Vallon d’Arbi, au-dessus de Riddes dans le canton du Valais. Samedi après-midi, les recherches font état de deux corps retrouvés

Le corps d’une deuxième victime de l’avalanche de vendredi au Vallon d’Arbi, au-dessus de Riddes (VS), a été découvert samedi. Une première victime avait pu être dégagée dans la nuit. Deux autres skieurs sont toujours portés disparus.

Leur identité n’a pas encore pu être identifiée formellement, a précisé la police valaisanne. Il s’agirait de Vaudois et de ressortissants français. Après tant d’heures passées sous la masse de neige, il n’y a que peu de chances que quelqu’un soit retrouvé vivant, a estimé le porte-parole de la police valaisanne Stève Léger.

L’avalanche s’est déclenchée vendredi vers 14h50. Sept personnes ont été concernées: l’une avait pu fuir à temps la coulée de neige, deux ont pu être extraites et quatre ont été emportées.

Les recherches continuent

Les recherches s’étaient poursuivies durant la nuit de vendredi à samedi jusqu’à 03h30, avant d’être momentanément interrompues, notamment en raison de mauvaises conditions météo, avec de la pluie et des nuages. Elles ont repris samedi vers 9h00.

Seuls des moyens terrestres ont été mis en œuvre, les hélicoptères ne pouvant voler en raison de la météo, a indiqué à l’ATS le porte-parole de la police.

La coulée de neige est importante, longue de près de 400 mètres et 150 mètres de large. La cassure se situe à environ 2200 mètres d’altitude. L’avalanche s’est déclenchée sur la pente droite du vallon d’Arbi et n’a pas atteint l’itinéraire balisé qui était ouvert, précise la police samedi après-midi dans un communiqué.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a