International

Un peu d’Helvétie à Paris le 14 juillet

En visite en France à partir de ce jeudi, le président du Conseil national a été convié au défilé militaire sur les Champs Elysées

Ils n’auront sans doute guère le temps de parler football, défense et grands dossiers européens. Samedi 14 juillet, dans la tribune officielle place de la Concorde, Dominique de Buman (PDC, FR) ne pourra sans doute pas converser longuement avec Emmanuel Macron.

Parmi les invités étrangers à assister au traditionnel défilé militaire, le président du Conseil national, en visite officielle à Paris à partir de ce jeudi, côtoiera le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet et le premier ministre singapourien Lee Hsien Loong. Outre leurs places financières, la Suisse et l’Etat insulaire d’Asie du sud-est partagent un autre trait commun: avoir jadis acheté des Mirage à Dassault Aviation, et être depuis plusieurs années sur la liste des clients potentiels courtisés par la France pour acheter le Rafale.

Le modèle helvétique de l’apprentissage

Du côté parlementaire, l’agenda de l’élu démocrate-chrétien fribourgeois sera nourri. Accompagné à Paris par la présidente de la délégation pour les relations avec le parlement français, la conseillère aux Etats Liliane Maury Pasquier (PS/GE), Dominique de Buman rencontrera le président de l’Assemblée nationale François de Rugy et celui du Sénat Gérard Larcher. Ancien député écologiste rallié à Emmanuel Macron en 2017, François de Rugy a accueilli lundi à Versailles le chef de l’Etat pour son discours annuel devant le parlement réuni en Congrès, durant lequel Emmanuel Macron a beaucoup insisté sur l’apprentissage, inspiré entre autres du modèle helvétique.

Le député macronien des Français de Suisse, Joachim-Son Forget, coordonnera cette visite. Un déplacement à Berne d’Emmanuel Macron, invité par Doris Leuthard lorsqu’elle fut reçue à l’Elysée en juillet 2017, reste «à l’agenda du quinquennat», ont confirmé au Temps des sources diplomatiques françaises. Le président Alain Berset devrait pour sa part être reçu à l’Elysée avant la fin de l’année.

L’avenir de TV5 Monde

Moment «confédéré» de cette visite parisienne: la délégation parlementaire suisse sera présente jeudi soir à la réception donnée par anticipation par l’ambassade de Suisse pour la fête du 1er Août. L’ambassadeur Bernardino Regazzoni, nommé en Chine, y clôturera son mandat, dans l’attente de l’arrivée de sa successeure, l’ambassadrice Livia Leu, responsable des relations économiques bilatérales au Secrétariat d’Etat à l’économie après avoir représenté la Confédération en Iran.

Seule rencontre à suspense de ce séjour parisien: l'entrevue entre Dominique de Buman, après qu'il s'est rendu à l’Unesco, et la secrétaire générale canadienne de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean. La Suisse devra en effet se prononcer sur le choix de la personne qui dirigera l’OIF lors du prochain sommet d’Erevan (Arménie) les 11 et 12 octobre. Une candidate très bien placée est l’actuelle ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo. Avec, en arrière-plan, un dossier délicat entre la France, la Suisse, la Belgique et le Canada: l’avenir de la chaîne francophone TV5 Monde, basée à Paris, que les réductions budgétaires prévues par Emmanuel Macron à partir de 2019 pourraient mettre en péril.

Publicité