Le Conseil d'Etat restera-t-il à gauche ou basculera-t-il à droite? Les Vert·e·s parviendront-ils à retrouver leur siège perdu en 2009, malgré la septième place de leur candidat Roby Tschopp au premier tour? Surprise au soir du 18 avril, la jeune PLR Crystel Graf parviendra-t-elle à confirmer? Rarement un second tour d'une élection neuchâteloise aura été aussi incertain. Les résultats sont attendus durant l'après-midi du côté du Château de Neuchâtel, dont les accès -Covid oblige- seront à nouveau limités. 

Lire aussi: Elections neuchâteloises: de qui suis-je le plus proche?

Ce second tour voit s'affronter deux blocs et l'électorat a le choix entre deux listes: celle de droite avec trois candidats libéraux-radicaux et celle de gauche composée de deux socialistes et un Vert. Sauf grande surprise, les deux PLR sortants, Alain Ribaux et Laurent Favre, arrivés en tête du premier tour, ainsi que les deux socialistes, le sortant Laurent Kurth et Florence Nater, devraient être élus. Mais le suspens est total pour le cinquième et dernier siège, que se disputent la PLR Crystel Graf et l'écologiste Roby Tschopp.

Lire aussi: Les vert’libéraux sont-ils devenus trop à gauche?   

C'est d'ailleurs sur ces deux derniers candidats que s'est en grande partie focalisée un entre-deux-tours particulièrement crispé. Il y a d'abord eu le débat suscité par la prise de position du comité des Vert'libéraux qui ont appelé à voter uniquement pour Roby Tschopp. Souhaitant que la sensibilité pour la cause environnementale soit représentée au sein du gouvernement, ceux-ci ont ainsi tourné le dos à leurs anciens alliés PLR. La campagne s'est ensuite rapidement enflammée sur la question de la place des femmes à l'exécutif. Le profil assumé de politicienne de droite libérale de Crystel Graf, a provoqué la controverse, ainsi qu'une levée de boucliers parmi les militantes de la Grève des femmes.

Lire aussi: Crystel Graf et Roby Tschopp: la libérale décomplexée et l’écologiste rassembleur

Les derniers jours de campagne ont encore été marqué par un durcissement des fronts, après le lancement d'un référendum contre la réalisation du contournement de La Chaux-de-Fonds. Le fait que la démarche soit notamment soutenue par deux membres des Verts·e·s a valu une salve d'attaques à Roby Tschopp, d'abord sur les réseaux sociaux, puis directement par un tract signé du PLR. L'écologiste a été contraint de devoir préciser publiquement sa position en faveur du projet routier. Dénonçant une polémique stérile, le conseiller national écologiste Fabien Fivaz a publié sur Facebook une photo de bac à sable. Ambiance.