La mairie de Bienne restera à gauche. C’est l’enseignement du premier tour de l’élection du successeur de Hans Stöckli, qui s’en va le 31 décembre après vingt ans de pouvoir sans partage.

Le socialiste Erich Fehr vire en tête, avec 3794 voix (28,4%), juste devant la Verte Barbara Schwickert, 3723 (27,8%). L’écart n’est que de 71 voix. Le duel s’annonce chaud et indécis, lors du second tour le 19 décembre.

Les candidats bourgeois sont tous éliminés (le règlement biennois n’autorise que les deux candidats en tête du premier tour à participer au second). Le radical Hubert Klopfenstein termine troisième à 534 voix d’Erich Fehr, avec 24,4%, l’UDC Beat Feurer est quatrième avec 17,2%, à 1500 voix du socialiste.

Pour accéder à la mairie de Bienne, il faut faire partie de l’exécutif professionnel, qui ne compte que quatre fauteuils. Barbara Schwickert en est, mais pas – encore – Erich Fehr. Dans une élection parallèle, les Biennois devaient désigner un municipal permanent. Erich Fehr est très largement en tête et ne manque la majorité absolue que de 296 voix. Au second tour, il sera opposé à la radicale Silvia Steidle, qui n’a obtenu que… la moitié des voix de Erich Fehr. Mais elle pourra compter sur le report des suffrages de l’UDC Beat Feurer.

Maxime Zuber réélu confortablement à la mairie de Moutier

Moutier reste un bastion autonomiste. Le socialiste séparatiste de 48 ans Maxime Zuber a été aisément réélu à la mairie de la principale ville du Jura bernois, avec 59,7% des suffrages, contre 40,3% à sa rivale, elle aussi socialiste, mais loyaliste au canton de Berne, Marcelle Forster. La participation s’est élevée à 66%.

Le score des deux candidats reflète la force des camps séparatiste et antiséparatiste dans une ville qui élit des autorités favorables au rattachement avec le canton du Jura depuis bientôt trente ans. Même si la question de l’appartenance cantonale de Moutier et du Jura bernois a été peu présente dans la campagne électorale, les électeurs ont visiblement voté en fonction de leur sensibilité institutionnelle.

Si Maxime Zuber sort nettement renforcé, ses rivaux subissent un échec, après avoir pourtant obtenu quelques succès dont ils sont fiers : les antiséparatistes avaient renversé la mairie de Tavannes l’an passé et fait mordre la poussière au président du Mouvement autonomiste jurassien, Christian Vaquin, pas réélu au Grand Conseil bernois en mars.

Un autre maire sortant a été facilement réélu: à Tramelan, la socialiste Milly Bregnard est reconduite dans ses fonctions avec 68,6%, contre 31,4% au candidat indépendant de droite Jean-Claude Châtelain.