«Non, le refus d’auditionner Regula Rytz n’est pas la conséquence de la stratégie conservatrice de Gerhard Pfister.» Qui dit cela? Gerhard Pfister lui-même. Le président du PDC refuse de voir dans la décision du groupe du Centre, qui réunit désormais le PDC, le Parti évangélique et le Parti bourgeois-démocratique (PBD) sous une seule et même bannière à Berne, l’expression d’un glissement à droite du PDC. La question est pourtant légitime. Si l’on se réfère au rating des parlementaires établi par le sociogéographe Michael Hermann, ce sont les éléments les plus progressistes qui ont quitté la scène politique fédérale. Tous positionnés à l’aile gauche du PDC, Kathy Riklin (ZH), Dominique de Buman (FR), Karl Vogler (OW), Guillaume Barazzone (GE), Géraldine Marchand-Balet (VS), Thomas Ammann (SG), Claude Béglé (VD) et Thomas Egger (VS) ne sont plus là.

Lire aussi: En allant au casse-pipe, Regula Rytz veut secouer le cocotier (magique)