Le rapt s’est produit dimanche soir vers 18 heures. Les ravisseurs ont fait irruption dans sa résidence de bord de mer située à Patalon, dans les environs de Zamboanga City, sur l’île de Mindanao, a précisé Jose Bayani Gusela, porte-parole de la police régionale, joint par téléphone. Il a ainsi confirmé les informations publiées par plusieurs journaux locaux sur leurs sites internet.

Par mer

Ils sont arrivés par mer à bord de vedettes rapides et ont forcé l’homme d’affaires naturalisé philippin à monter à bord de l’une d’elle avant de disparaître. Un ami qui se trouvait avec lui a réussi à échapper aux ravisseurs.

La police a mis en place une cellule de crise et les recherches suivent leur cours, a précisé le porte-parole. Il s’est refusé a toute spéculation sur les motifs de l’enlèvement. Les médias locaux citent pour leur part un policier qui affirme que les vedettes des ravisseurs ont été vues se dirigeant vers l’île de Basilan, un refuge du groupe islamiste Abou Sayyaf mais également pour d’autres organisations criminelles.

Depuis 40 ans

L’homme vit depuis une quarantaine d’années dans la région et est marié à une Philippine, a précisé le porte-parole de la police. C’est un homme d’affaires connu et il possède une grande exploitation agricole à Patalon, précise-t-il. Il est également gouverneur du Rotary Club local.

Zamboanga City est l’une des plus grandes villes des Philippines. Elle se trouve sur l’île de Mindanao, dans une région à majorité musulmane ou les rebelles islamistes du groupe Abou Sayyaf, évalués à environ 400, se sont spécialisés dans les enlèvements d’étrangers et de chrétiens avec demandes de rançons.

L’an dernier, des rebelles de ce mouvement avaient enlevé en janvier trois collaborateurs du CICR, dont le Suisse Andreas Notter, sur l’île de Jolo, au sud-est de Mindanao. Deux d’entre eux ont été libérés en avril, le troisième en juillet.