Aller au contenu principal
Le logo de la societe Mossack Fonseca and CO, photographie ce dimanche 10 avril 2016 a Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)
© MARTIAL TREZZINI

Panama Papers

Un informaticien de Mossack Fonseca arrêté à Genève

La firme au cœur du scandale des «Panama papers» suspecte un de ses informaticiens genevois de vol de données informatiques. Arrêté, il a été placé en détention provisoire par le Ministère public

Un informaticien de l’antenne genevoise de Mossack Fonseca est sous les verrous, a appris Le Temps. Placé en détention provisoire par le parquet genevois il y a plusieurs jours, il est suspecté d’avoir «fait sortir un très gros volume de données confidentielles» de l’étude d’avocat au cours «d’une période récente», indique une source proche du dossier. Contacté, le Ministère public genevois confirme qu’une «procédure a été ouverte à la suite d’une plainte déposée par Mossack Fonseca» mais se refuse à tout autre commentaire.

Le parquet a conduit une perquisition dans les locaux genevois de Mossack Fonseca et du matériel informatique a été saisi. Des vérifications sont en cours pour établir si l’informaticien a bien soustrait des données à son employeur et, le cas échéant, quel type de données et à quelle période. Selon nos informations, l’informaticien est notamment prévenu de «soustraction de données», d'«accès indu à un système informatique» et d'«abus de confiance». 

Lire notre dossier: Le scandale des «Panama Papers», secousse planétaire

Le 3 avril dernier, les médias partenaires du Consortium international des journalistes d’investigations (ICIJ) faisaient éclater au grand jour le scandale des «Panama Papers» en révélant l’ampleur du recours aux structures offshore à des fins de dissimulation d’actifs. La source des journalistes d’investigations? 11,5 millions de fichiers, soustraits aux archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialisé dans la création et la domiciliation de sociétés offshore.

John Doe?

L’auteur de cette fuite de données sans précédent – 2,6 terabytes de données, transmises en 2015 à la Süddeutsche Zeitung – fait l’objet de toutes les spéculations depuis plusieurs mois. Dissimulé sous le pseudonyme de «John Doe», il avait expliqué ses motivations dans un manifeste transmis au quotidien allemand en mai. Selon lui, les sociétés offshore créées par Mossack Fonseca auraient servi à faire de la fraude fiscale, mais aussi à commettre d’autres crimes. «J’ai décidé de démasquer Mossack Fonseca parce que je pense que ses fondateurs, ses employés et ses clients doivent répondre de leur rôle dans ces crimes», écrivait-il alors, en précisant qu’il ne travaillait ni pour un Etat ni pour un service de renseignements.

Le 5 avril dernier, affirmant avoir été victime d’un piratage informatique opéré depuis des «serveurs étrangers», Mossack Fonseca avait porté plainte auprès du parquet panaméen. Lequel avait inspecté dans la foulée les locaux panaméens de l’étude d’avocats. «On cherche enfin les vrais criminels», s’était alors félicité Ramon Fonseca, l’un des fondateurs de la firme devenue célèbre malgré elle.

L’informaticien mis en prévention par le parquet genevois pourrait-il être à l’origine de cette fuite, la plus grosse de l’histoire du journalisme? «Toutes les hypothèses sont ouvertes, répond l'avocat genevois de Mossack Fonseca, Thierry Ulmann. Ce que nous savons, c'est que des données ont été soustraites depuis son ordinateur à Genève et que cet informaticien disposait de tous les droits d'accès. C'est sur cette base que nous avons déposé plainte pour soustraction de données et violation du secret de l'avocat. Des investigations très poussées sont menées par la police genevoise pour analyser les traces informatiques et faire toute la lumière sur ce vol de données.» De leur côté, les deux avocats de l’informaticien, Thomas Barth et Romain Jordan, soulignent que leur client «conteste l'ensemble des faits qui lui sont reprochés», mais ne font pas plus de commentaires à ce stade. 

A la suite des révélations des «Panama Papers», des enquêtes avaient été ouvertes dans plusieurs pays sur des soupçons de fraude ou de blanchiment. Le 7 avril, le Ministère public genevois annonçait ainsi l'ouverture de procédures destinées à procéder à des vérifications. Plusieurs avocats et établissements financiers suisses et genevois ayant eu recours aux services de Mossack Fonseca pour constituer des sociétés offshore pour leurs clients sont en effet apparus dans les fichiers des «Panama Papers».

Où en sont ces enquêtes? «Hormis la procédure portant sur la présence d'un tableau de Modigliani aux Ports Francs, qui a été classée [les «Panama Papers» faisaient apparaître l'identité de l'ayant droit de ce tableau, prétendument spolié pendant la deuxième guerre mondiale], les autres procédures sont toujours en cours», indique le porte-parole du parquet, Henri Della Casa.  

Dossier
Le scandale des «Panama Papers», secousse planétaire

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a