L'entourage des conseillers fédéraux qui ont pris possession d'un nouveau département se précise. Le gouvernement a nommé mercredi les secrétaires généraux des trois ministères qui ont changé de titulaire. Micheline Calmy-Rey a fait appel à Peter Müller, vice-directeur de l'Office fédéral de la justice (OFJ), pour occuper cette charge au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Agé de 52 ans et membre du Parti socialiste, ce juriste argovien travaille à l'OFJ depuis 1982. Il y a notamment dirigé la Division du droit public et le Service de la protection des données. Il a la responsabilité de la Division du droit pénal depuis 1992.

Pascal Couchepin a de son côté offert le poste de chef d'état-major du Département de l'intérieur (DFI) à son conseiller personnel Pascal Strupler, 43 ans. Il l'a préféré au secrétaire général sortant du Département de l'économie (DFE), Stefan Aeschimann, qui quittera l'administration. Il a également confirmé mercredi la nomination de Jean-Marc Crevoisier au poste de chef de l'information du DFI. Ancien journaliste (il fut notamment chef de la rubrique nationale du Temps au moment de sa création en 1998), ce Jurassien de 41 ans a rejoint l'équipe de Pascal Couchepin en octobre 2001 à titre de conseiller en communication. Il succède à Suzanne Auer, qui reprendra ce printemps la tête du service d'information de la Ville de Berne. Pour remplacer Pascal Strupler, le nouveau ministre de l'Intérieur a par ailleurs désigné Benno Baettig comme conseiller personnel. Ce Lucernois de 36 ans est actuellement chef suppléant du service économique de l'ambassade de Suisse à Washington. Quant au nouveau secrétaire général du DFE, il se nomme, comme prévu, Walter Thurnherr. Ce diplomate de 39 ans occupait déjà cette fonction au DFAE et Joseph Deiss a choisi de l'emmener avec lui dans ses bagages. Les trois nouveaux secrétaires généraux entreront officiellement en fonctions le 1er février.

Les trois conseillers fédéraux ont ainsi franchi une étape importante dans la constitution de leur équipe. Les mutations ne sont cependant pas terminées. Micheline Calmy-Rey doit encore désigner ses conseillers personnels, qu'elle ne semble pas vouloir puiser uniquement dans le vivier socialiste mais aussi du côté radical, alors que le sort de certains hauts fonctionnaires n'est pas encore scellé. Pascal Couchepin rend ce jeudi visite à l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), qu'un esprit mal intentionné qualifie de «repaire socialiste». Il semble toutefois que, afin d'assurer une transition en douceur, le directeur de l'office, Otto Piller, lui-même socialiste, restera en place plus longtemps que prévu, en tout cas jusqu'à la votation du 18 mai sur l'initiative santé du PS, que Pascal Couchepin lui demandera de combattre à ses côtés…