Niger

Un kidnappeur des otages de 2009 s’est évadé

Cheibani Ould Hama s’est évadé samedi, lors d’une sanglante attaque d’une prison de Niamey, au Niger. Condamné pour plusieurs assassinats, il avait joué un rôle dans l’enlèvement d’un couple de Zurichois en 2009, Werner et Grabriella Greiner

Trois gardiens tués et une vingtaine de détenus, dont plusieurs accusés de terrorisme, qui ont pris la poudre d’escampette: c’est le bilan de l’attaque, samedi, de la prison de Niamey, au Niger. Parmi les évadés figure Cheibani Ould Hama, accusé d’avoir tué un attaché de défense américain en 2000 et condamné pour l’assassinat de quatre Saoudiens en 2009, a confirmé le ministre nigérien de la Justice, Marou Amadou. Son lien avec la Suisse? Il est l’un des kidnappeurs du couple zurichois, Werner et Gabriella Greiner, enlevés au Mali en janvier 2009 et libérés, séparément, quelques mois plus tard.

Jean-Paul Rouiller, directeur du GCTAT («Geneva Center for Training and Analysis of Terrorism»), le confirme. Malien, Cheibani Ould Hama est membre d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). «Il s’agit de l’un des lieutenants de Sultan Ould Bady, chef du groupe dit de «Gao». Composé de maliens touareg et/ou berabiches, ce petit groupe était utilisé par les deux brigades d’AQMI au Sahara. Eclaireurs, agents de reconnaissance et intermédiaires entre les unités d’AQMI, les tribus touarègues et arabes de la région, ils ont été impliqué dans l’enlèvement de deux diplomates canadiens au bénéfice de Mokhtar Bemokhtar. Et ce sont aussi eux qui ont enlevé les deux Suisses à la frontière du Niger, pour les remettre ensuite à Abou Zaid, récemment tué».

Cheibani Ould Hama a été extradé au Niger et condamné en mars 2012 à 20 ans de prison pour le meurtre de quatre Saoudiens tués en décembre 2009. Il avait attaqué le convoi d’un prince du côté nigérien de la frontière. Il est aujourd’hui activement recherché par les services de sécurité maliens et nigériens. Il est habituellement décrit comme étant l’un des «parrains» du trafic d’armes et de drogues dans la région frontalière entre le Niger et le Mali. Plusieurs câbles Wikileaks le mentionnent. L’un, daté de février 2010, fait allusion à son rôle dans l’enlèvement d’otages occidentaux en 2009, dont le couple Greiner.

Un autre chef islamiste lié à l’affaire des otages suisses a récemment refait parler de lui. Il s’agit du chef touareg Iyad ag Ghali, fondateur du groupe djihadiste Ansar Eddine. Il joué un rôle clé dans la libération des otages suisses en 2003, 2009 et 2012, selon des informations recueillies par Le Temps (LT du 30.01.2013). En 2009, il aurait favorisé la libération des otages en intervenant à travers un trafiquant de drogue de la région.

Publicité