Un match de football sauvage a réuni près de 1000 jeunes jeudi soir à Lausanne en dépit des interdictions pour ce type d’attroupement, révèle la RTS.

«Vu le nombre de personnes présentes, il aurait été peut-être dangereux voire contre-productif que les policiers interviennent», explique Antoine Golay, porte-parole de la police lausannoise, interrogé dans le 12h30 de la RTS. Il ajoute que les forces de l’ordre sont restées à distance pour éviter d’éventuels débordements.

Lire aussi: La fin de la crise sanitaire est en vue

«Des enquêtes vont être menées»

Le match sauvage s’est déroulé aux Boveresses, dans les hauts de la ville. «Nous savions que quelque chose se préparait, mais sans connaître l’endroit exact. Il était donc difficile d’empêcher ce match en amont», indique Antoine Golay, précisant que ce type de rencontre s’organise entre jeunes sur les réseaux sociaux.

Le porte-parole ajoute que d’autres matches sauvages ont eu lieu ces derniers jours dans le canton. «Des enquêtes vont être menées en collaboration avec le canton. Les responsables et les participants qui auront pu être identifiés seront dénoncés», affirme-t-il.

Lire également: La modernité retrouvée des parcours Vita