Le projet de réorganisation hospitalière du Conseil d’Etat neuchâtelois provoque l’ire du médecin-chef du département de chirurgie d’Hôpital neuchâtelois Rémy Schneider. Celui-ci dénonce un plan «qui n’a pas beaucoup de sens sur le plan médical».

Présenté mercredi dernier, le projet prévoit notamment de regrouper toute la chirurgie stationnaire à La Chaux-de-Fonds. Avec son plan stratégique, le Conseil d’Etat espère ramener la sérénité dans un débat souvent houleux, qui voit s’opposer les partisans d’une répartition des tâches et ceux qui plaident pour plus de centralisation.

C’est visiblement raté puisque Rémy Schneider a critiqué mercredi sur les ondes de la RSR une «décision politique, faite pour calmer les antagonismes entre Haut et Bas». Une décision «qui n’a pas beaucoup de sens sur le plan médical».

Et M. Schneider de donner l’exemple de la chirurgie thoracique. «Pour pouvoir être faite correctement, avec toute la sécurité nécessaire, celle-ci a besoin de l’aide des pneumologues».

Or ces derniers sont installés à Neuchâtel. Il est donc «difficile d’imaginer une chirurgie thoracique à La Chaux-de-Fonds sans déménager aussi le service de pneumologie». En outre, le fait d’être isolé pourrait obliger le service de chirurgie à revoir son offre à la baisse, assure M. Schneider.

Le médecin-chef se montre par ailleurs sceptique quant à la mise en place du projet. «Je vois mal comment on pourra imposer une telle solution dans le canton de Neuchâtel. Je n’ai pas tellement de doutes sur le fait que ce projet ne verra jamais le jour.»