Immobilier

Un méga chantier lancé à Bulle

Les promoteurs du quartier de l’Etang à Vernier mènent un autre projet d’importance, en Gruyère. Avec la construction de dix bâtiments sur le site de l’ancien arsenal militaire, le chantier est l’un des plus importants de Suisse

C’est l’effervescence des grands jours ce vendredi matin à Bulle. Cors des Alpes et coupes de champagne sont réunis pour la cérémonie de la pose de la première pierre du quartier des Jardins de la Pâla, lancement symbolique de l’un des plus importants chantiers de Suisse avec un investissement de 200 millions de francs. La zone de plus de 65 000 m² accueillera neuf nouveaux bâtiments locatifs et un hôtel-restaurant de 120 chambres. Le point d’orgue du projet demeure la rénovation en centre dédié aux produits du terroir de la halle Landi. Symbole de l’Exposition nationale de 1939 à Zurich, elle avait été transférée en 1995 en Gruyère, réduite à servir de dépôt de matériel de l’armée.

Un morceau de ville

«C’est davantage qu’un projet immobilier, c’est la construction d’un quartier, d’un morceau de ville», commente Xavier Jeanneret, directeur général d’Urban Project SA. L’entreprise genevoise pilote le chantier pour le compte de la société City West SA, propriétaire du terrain depuis 2014. A terme, avec 400 logements, ce sont plus de 800 habitants qui viendront s’installer aux Jardins de la Pâla. De quoi soutenir le spectaculaire développement démographique de Bulle, qui, même s’il a fléchi, a permis à la commune du sud du canton de Fribourg de doubler sa population, passant de 10 000 habitants au début des années 80 à 22 000 aujourd’hui.

Lire aussi: En 20 ans, les nouveaux quartiers ont transformé la Suisse

Le nouveau conseiller d’Etat Didier Castella, Gruérien lui-même, ne cache pas un «coup de cœur» pour ce projet qui «a su mêler densification et qualité de vie». Le quartier sera en effet libéré des voitures, reléguées aux deux grands parkings souterrains. De plus, il comptera 27 000 m² de jardins et sera relié à la nouvelle gare par une voie de mobilité douce. «Les appartements seront mis à disposition en 2019 déjà, lance Jean-Bernard Buchs, l’un des administrateurs de City West SA. J’aime les timings serrés.»

«Constructeur de l’ombre»

Gruérien – il a grandi à Charmey –, installé à Genève depuis 1983, Jean-Bernard Buchs est surnommé le «constructeur de l’ombre». A la tête d’une autre société, Bugena SA, le discret homme d’affaires est en train de bâtir le désormais fameux quartier de l’Etang à Vernier, dans le canton de Genève. La cérémonie de la première pierre s’y est déroulée il y a à peine un mois, le 16 mars. Avec 1,4 milliard d’investissement, 1000 logements, des surfaces pour 2500 emplois, ainsi que trois hôtels, une clinique et une école, il est considéré comme le plus grand chantier mené actuellement en Suisse, juste devant «The Circle», méga projet à Kloten, dirigé par Flughafen Zurich et Swiss Life. «A Vernier, 60% du projet, soit 900 logements et 80 000 m² de surfaces d’activités, sera réalisé en 2021», promet Jean-Bernard Buchs.

Nous avons la volonté de créer des véritables lieux de vie, avec des zones commerciales et des bureaux, et non pas juste des cités-dortoirs

Jean-Bernard Buchs, l’un des administrateurs de City West SA

Si les quartiers genevois et fribourgeois, confiés tous deux à la société Urban Project SA, demeurent différents dans leur conception, ils reposent sur une même philosophie. «Nous avons à chaque fois choisi des friches industrielles, terrains peu valorisés, pour les remettre au goût du jour, souligne encore Jean-Bernard Buchs. Nous avons également la volonté de créer des véritables lieux de vie, avec des zones commerciales et des bureaux, et non pas juste des cités-dortoirs».

Financé par Claude Berda

Autre point commun entre Bulle et Vernier, les deux projets sont financés en partie par le milliardaire Claude Berda. Ce français naturalisé suisse et installé aujourd’hui en Belgique est une légende vivante du monde des affaires. Parti de rien, l’homme a fait fortune en vendant des jeans et des séries TV. En 1977, il fonde ainsi AB Productions. Profitant du boom de l’audiovisuel, la société démarre en produisant les disques de Dorothée, l’animatrice star des enfants, et en lançant les premiers sitcoms français, dont Hélène et les Garçons, un succès retentissant à l’époque. La société sera même cotée à la bourse de New York.

Lire aussi: Le milliardaire Claude Berda a quitté Genève

En 2005, installé alors à Genève, Claude Berda devient bâtisseur. Il s’attaque au marché immobilier suisse, s’appuyant sur Jean-Bernard Buchs, son homme de confiance. «Je vais là où il y a le moins de pesanteur», aime répéter le milliardaire. Le duo s’intéresse alors à des friches, où ils savent qu’il y aura peu d’oppositions: une zone coincée entre autoroute et ligne de chemin de fer avec l’aéroport en arrière-fond pour Vernier et un ancien site militaire désaffecté pour Bulle. Avec la volonté d’aller très vite, pour relancer de nouveaux projets. Dans la cité gruérienne, Jean-Bernard Buchs manifeste déjà son intérêt à construire sur les parcelles voisines des Jardins de la Pâla.

Publicité