Lorsque ses «alliés» radicaux contestent la modeste hausse de la taxe auto, son sang ne fait qu'un tour. Expert dans l'art de serrer des mains, Pierre Hirschy avait pourtant fait montre de logique en subordonnant les investissements routiers à une ponction fiscale complémentaire de 15 francs. Allergique aux taxes, le peuple a désavoué le «ministre bétonneur», sans pour autant lui enfoncer un poignard dans le dos.

Qui, d'ailleurs, s'en prendrait au souriant Pierre Hirschy, paysan de La Sagne, prêt à offrir du bitume à toutes les régions du canton? Celui qui s'apprête à devenir l'aîné du gouvernement où il siège depuis 1992 se dit aussi sensible aux transports publics. Son projet de la prochaine législature pourrait être la réalisation d'un métro entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds!